mercredi 20 juin 2012

Une sacrée mamie de Yoshichi Shimada & Saburo Ishikawa


Le livre : 

Une sacrée mammite tome 1 de Yoshichi Shimada et Saburo Ishikawa aux éditions Delcourt, 7€99, 208 pages.


Pourquoi cette lecture : 

Je me remets doucement à la lecture des manga, mais il est certain que je reste très sélective sur les titres que j'aborde dans ce genre.. Et comme cela se lit vite quand même, je privilégie les emprunts à la médiathèque. Cela tombe bien, la mienne a un fond plus que correct en la matière. 
Ici, c'est le fait d'en avoir entendu et lu beaucoup de bien qui m'a fait choisir cette saga. Et puis, il s'agit d'une histoire vraie. J'apprécie cela en général. 


Le pitch : 

1958, Hiroshima A cette époque au Japon, il est difficile pour une jeune femme d'élever seule ses deux fils. 
Acculée, Hikedo décide un jour de confier son plus jeune garçon, Akihiro, à sa mère qui vit à la campagne. Arrivé chez sa grand-mère, une vie complètement nouvelle va commencer pour Akihiro. Pas facile de quitter la ville pour la campagne quand on n'y est pas préparé ! Mais le petit garçon va vite s'habituer à sa nouvelle vie au grand air. Suivant l'exemple de sa super mamie débrouillarde, il apprend à s'adapter à toutes les situations


Ce que j'en ai pensé

Manga ne signifie pas forcément dessins bâclés. Ici c'est très travaillé et j'adore pouvoir prendre mon temps au fil de ma lecture et/ou après et détailler quelques planches. Si les manga se lisent en général assez vite, rien n'empêche en effet le lecteur de revenir en arrière pour profiter pleinement du travail du mangaka après une découverte plus rapide de l'oeuvre en première lecture. 
Manga ne signifie pas non plus intrigue au rabais. Ici, c'est même presque un classique qui est adapté. C'est une histoire très connue au Japon, une histoire vraie et donc qui parle certainement encore plus aux Japonais qu'à nous les occidentaux, mais les sentiments n'ont pas de frontières et une belle histoire reste une belle histoire. 
J'ai donc eu envie de découvrir ce premier tome et grand bien m'en a pris car j'ai beaucoup aimé. 

Etant une fille, je ne me suis jamais identifiée à Akihiro et je suis encore trop jeune pour être une mamie (même si mes articulations disent tout le contraire). A la limite, je suis une maman et je peux mieux comprendre la décision d'Hikédo. Comme cela a dû être difficile ! Je l'avoue, sans être une mère poule, que devoir décider de se séparer d'un de ses enfants (pour son bien), c'est déchirant. L'émotion est bien retranscrite et en tant que lectrice, j'ai été touchée. Vraiment touchée. 
Heureusement ce manga n'est pas si triste bien que le contexte global ne se prête pas toujours à rire. 

De nos jours, on parle beaucoup de voir tout d'un oeil plus positif et bien la grand-mère d'Akihiro est une éternelle optimiste et elle ne manque pas d'idées, ni même de ressources. Comme quoi la pauvreté n'est pas une tare ! (Faudra que je pense à demander aux instituteurs de l'école primaire de Chamonix Centre  de conseiller cette lecture à leurs élèves. Le changement des mentalités, c'est un long travail. Mais bon je m'éloigne un peu de mon sujet, encore que…).

Voilà donc un manga, une simple BD venue du Pays du soleil levant qui fait du bien au moral, qui raconte une belle histoire et qui donne envie de connaître la suite. Je vais y regarder de plus près et je reviendrai surement vous parler de cette "Sacrée mamie". 


 Et s'il fallait mettre une note : 16 / 20 

0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !