mercredi 17 janvier 2018

Coutumes de l’espace. Petit manuel à l’usage des terriens de Gavin’s Clemente Ruiz



Le livre :

Coutumes de l’espace. Petit manuel à l’usage des terriens de Gavin’s Clemente Ruiz aux éditions du Chêne, 207 pages, 14 € 90.
Publié le 28 septembre 2016.


Pourquoi cette lecture :

J’ai trouvé ce livre en bibliothèque et comme j’aime ce qui touche aux sciences et à l’exploration spatiale, même si je ne suis qu’une pauvre terrienne bien basique, j’ai eu envie de découvrir ce petit manuel.


Le pitch :

Saviez-vous que les cosmonautes ne peuvent utiliser que des radios pour communiquer dans l'espace ? Que si vous criez sur la Lune, personne ne vous entendra ? Que les premiers astronautes de retour sur Terre ont été mis en quarantaine ? Que l'exosphère se situe à 600 kilomètres de la Terre ? Autant d'anecdotes insolites que ce petit ouvrage joliment illustré nous raconte et nous explique à travers différentes thématiques. 
L'occasion de (re)découvrir l'espace de manière originale et ludique.



Ce que j’en pense :

J’ai toujours été d’une nature curieuse et plutôt touche à tout. Je regarde régulièrement des documentaires et des vidéos de chaines YouTube dédiées aux sciences et à l’exploration spatiale. Tomber sur ce titre était une occasion trop belle pour la laisser passer car même si cela nous paraît presque anodin de voir s’envoler des satellites, de savoir que l’exploration de l’univers se poursuit et que régulièrement on découvre une nouvelle exoplanète, etc… Cela reste une sacrée aventure qui a des répercussions sur notre quotidien. Si, si ! On est toutes et tous des particules composant cet univers en expansion.

Rangées par thématiques, on trouvera à chaque page une question que l’on peut se poser. C’est court, mais précis, sans langage abrupt, ni trop scientifique. C’est à la portée de tout le monde, les jeunes et les moins jeunes.
On peut lire ce manuel dans l’ordre, mais aussi picorer quelques pages dans le désordre. On a alors l’impression de découvrir des petites brèves instructives qui attisent notre curiosité et font que l’on a bien du mal à arrêter notre lecture. On se dit toujours : « Une petite dernière pour la route ». Il y a pire, non ?




Et s’il fallait mettre une note : 16 / 20


lundi 15 janvier 2018

Ki & Hi tome 2 : Une famille de fou de Kevin Tran et de Fanny Antigny



Le livre :

Ki & Hi tome 2 : Une famille de fou de Kevin Tran et de Fanny Antigny aux éditions Michel Lafon, 9 € 95.
Publié le 26 octobre 2017



Pourquoi cette lecture :

Pour approfondir une saga qui débute….



Le pitch :

Alors que les deux frères pouvaient jusqu'ici faire les quatre cents coups en totale liberté, la figure d'autorité de la famille rentre à la maison : Mi, la mère de Ki et Hi ! Et l'autorité, elle y connaît quelque chose ! Désormais, à la moindre bêtise, les enfants subissent ses châtiments, tous plus inventifs et humiliants les uns que les autres. Voilà qui devrait ramener un peu de calme et de paix au village... 
A moins que la mère des garçons ne soit encore plus dangereuse qu'eux ?



Ce que j’en pense :

J’avais apprécié le premier volet des aventures de ces deux frères Ki & Hi, mais j’ai assez vite déchanté dans ce second volume. Hélas…

Graphiquement, c’est inchangé et ce que j’avais aimé est resté. Rien à redire. C’est rythmé, simple, mais efficace. Ce n’est pas là que le bât blesse pour ma part.

Au niveau de l’intrigue en revanche… La mère des deux jeunes frères débarque et fait, disons-le, une entrée des plus fracassantes. Ok cela se tient, mais trop de répétitions, d’impressions de redites, de manque de variétés dans les propos… gâchent un peu cela. Je n’ai pas accroché et pourtant il y avait de l’idée.
Idem pour le concours de musique… Une grosse impression de déjà vu, déjà lu…

J’ai sans aucun doute beaucoup plus apprécié les pages en couleurs où l’auteur apparaît avec la jeune dessinatrice. Leurs échanges m’ont fait rire car très inspirés de leur réalité de travail, cela fait mouche cette fois.

Je verrai si je retrouve mon entrain au prochain tome. Il y a parfois des rendez-vous manqué…




Et s’il fallait mettre une note : 11 / 20



vendredi 12 janvier 2018

Comment j’ai arrêté de me pourrir la vie en 3 semaines de Lucia Taboada et Raquel Corcoles



Le livre :

Comment j’ai arrêté de me pourrir la vie en 3 semaines de Lucia Taboada et Raquel Corcoles aux éditions Solar, 203 pages, 14 € 90.
Publié le 11 février 2016.



Pourquoi cette lecture :

Je suis la première à me mettre des bâtons dans les roues, mais je pense être aussi la première à pouvoir m’enlever mes chaines. Si je peux le faire en 3 semaines seulement alors là, c’est que ce livre devrait être remboursé par la sécurité sociale !



Le pitch :

Elles sont sympas, intelligentes, belles, bien foutues et toujours impeccables : ce sont les redoutées plusqueparfaites… mais pourquoi elles existent ?   Comment j'ai arrêté de me pourrir la vie en 3 semaines ! est là pour nous rappeler… qu'elles n'existent pas. Que nous sommes toutes des imparfaites, promptes à nous pourrir la vie toutes seules, comme des grandes, pour un collant filé ou un chargeur de batterie encore oublié. 
  Alors avec ce guide plein d'humour, entre développement personnel et bande-dessinée, on va se secouer, apprendre à dédramatiser et à dire stop à toutes nos ruminations grâce à un programme de coaching intégral en 3 semaines :   - Des alliés de choc : un neurologue, une psychologue, un coach sportif, alliés indispensables pour faire taire la petite voix intérieure qui gâchent tous les aspects de notre vie : rapport au corps, à l'amour, au travail.  - Pendant 3 semaines, un programme jour par jour constitué de conseils pratiques, d'exercices, d'activités sportives, de méditations et des espaces pour faire le bilan offrent un accompagnement pas à pas vers la sérénité - Un format original, entre bande-dessinée et développement personnel  Je ne me pourris plus la vie est le coach intégral pour prendre la vie du bon côté en 3 semaines !




Ce que j’en pense :

Je ne suis pas parfaite et je pense sincèrement que la perfection n’existe pas en ce bas monde. Rien n’est jamais infaillible et c’est tant mieux.
Même si je sais tout cela, je reste la première à m’auto-flageller, à me critiquer, me dévaloriser et plein d’autres joyeusetés toutes aussi destructrices. Avec les années, j’ai appris à être plus indulgente avec moi-même, mais durant le même laps de temps, la société a aussi évolué. Elle est devenue plus tyrannique encore et plus individualiste que jamais. Le culte de la performance, le narcissisme, la course à la réussite, au bonheur parfait affiché H24 sur les réseaux sociaux…. La pression est énorme et permanente donc même en tentant de prendre du recul, le boomerang revient un peu trop souvent et trop vite dans notre faciès.
Ce livre nous promet de nous coacher en trois semaines et de faire en sorte qu’on arrête de se pourrir l’existence. Waouh ! Comme on veut y croire, mais on est un peu échaudé donc on reste méfiante, nous les lectrices.

Ce titre en effet s’adresse plus directement aux jeunes femmes, mais je ne doute pas que certains jeunes hommes pourraient facilement se retrouver dans ces pages. L’égalité des mauvais traitements auto-infligés est assez courante de nos jours.

Le ton est décontracté, franc du collier, on ne se voile pas la face. La lucidité, c’est un premier pas si important. On a vraiment l’impression d’être avec des vraies bonnes copines. Le tutoiement brise la glace de manière assez radicale. On parle cash de nos soucis, de nos blocages… On en rigole aussi pas mal. L’autodérision amène le rire et dédramatiser bien des situations fait que l’on peut progresser.

Les illustrations sont sympathiques, drôles elles-aussi et font le job, c’est-à-dire apporte un petit plus au texte, renforce le message à faire passer et/ou dédramatise la chose.
La mise en page est bien pensée là encore, il y a un très bon équilibre visuel et des informations.

Les thèmes abordés sont assez vastes et universels : Job, amour, physique… On pourrait reprocher aux auteurs d’être un peu trop généralistes, mais c’est déjà une première version globale. Des déclinaisons plus ciblées pourraient voir le jour dans d’autres titres pourquoi pas.
Peu de choses m’ont semblé être oubliées, toujours dans cette idée de faire large afin que chacune puisse s’y reconnaître et y trouver des solutions à mettre en œuvre facilement.

Et c’est là qu’est la dernière qualité de ce titre : la facilité de la mise en action. Souvent, on nous propose des conseils plus ou moins faciles à suivre dans les livres de développement personnel car c’est hélas trop déconnecté de la vie réelle. Ici, c’est plutôt le contraire. On a toutes les cartes en main pour faire une véritable introspection et corriger le tir au besoin.

Bref, c’est un bon ouvrage de développement personnel qui peut vraiment vous faire du bien cette fois, qui se lit très bien, sur lequel on aura envie de revenir de temps en temps et qui est amusant. Le côté ludique d’ailleurs n’est pas gadget, il est thérapeutique !
Un classique à avoir dans nos bibliothèques pour aller mieux et longtemps.




Et s’il fallait mettre une note : 16 / 20