lundi 22 octobre 2018

Shelton & Felter tome 2 : Le spectre de l’Adriatic de Jacques Lamontagne



Le livre :

Shelton & Felter tome 2 : Le spectre de l’Adriatic de Jacques Lamontagne aux éditions Kennes, 48 pages, 14 € 95.
Publié le 23 mai 2018


Pourquoi cette lecture :

Amoureuse de la saga, oui, je sais, on n’est qu’au second tome, mais quand même, j’ai voulu lire la suite des aventures du duo assez improbable incarné par Sheldon et Felter.
Le plaisir n’a pas attendu d’avoir pléthore de volumes…



Le pitch :

Pauvre Felter ! Il doit se rendre aux obsèques de sa sœur en Angleterre, de l'autre côté de l'Atlantique. Pour cela, pas le choix, il doit prendre le bateau. Lui qui souffre tellement du mal de mer... Heureusement, Shelton se propose de l'accompagner ! Mais le voyage sera loin d'être calme, avec une nouvelle enquête qui se profile à l'horizon pour notre duo de choc... En effet, dans la cabine B215, un passager vient de mettre fin à ses jours. 
Enfin, c'est ce que tout le monde croit avant que Felter, entre deux nausées, n'arrive et ne remarque certains détails troublants...





Ce que j’en pense :

Vous ne pouvez pas imaginer à quel point j’étais contente de retrouver mon libraire hypocondriaque (il transporte une pharmacie plus importante que la mienne, c’est dire le level !) et mon ancien boxer – nouveau journaliste.
Cette BD, je l’ai savourée car tant au niveau de l’intrigue qu’au niveau des dessins, il y a de quoi se mettre sous la dent. C’était comme une gourmandise que l’on s’accorde alors qu’on est au régime.

Cette fois, on sort notre duo de leur territoire et on les met dans une situation complètement différente. Adieu Boston, bonjour l’Adriatic, un magnifique navire qui leur servira de décors durant presque l’intégralité de cet album.
Les circonstances qui les amènent à effectuer cette traversée vers l’Europe ne sont pas très gaies, mais du dramatique, ils en trouveront encore plus sur les différents ponts du navire.

L’histoire est assez simple, mais habilement menée. Rien n’est laissé au hasard. On dirait une pièce de théâtre où chaque détail est pensé. On n’est pas simple spectateur, on est quasiment dans l’histoire car on cherche avec nos amis.
Si vous êtes attentif également, dans certaines cases, vous pourriez très bien y déceler quelques perles. Je ne vous en dis pas plus, mais vous trouverez par exemple des personnages ultra connus de la BD en guise de passagers….

Il y a cette fois encore, une magnifique galerie de personnages qui rendent plus vivant l’album. Chacun trouve sa place et apporte sa pierre à l’édifice. Certains referont sans doute des apparitions dans les prochains albums qui suivront car oui, j’en veux encore.  




Et s’il fallait mettre une note : 16 / 20





lundi 15 octobre 2018

Shelton & Felter, tome 1 : La mort noire de Jacques Lamontagne



Le livre :

Shelton & Felter, tome 1 : La mort noire de Jacques Lamontagne aux éditions Kennes, 60 pages, 14 € 95.
Publié le 23 août 2017


Pourquoi cette lecture :

Le travail de nos libraires est merveilleux et pourtant pas si facile. J’aime les récompenser en fréquentant assez assidument leurs établissements (indépendants) et en y effectuant l’essentiel de mes achats. Découvrir des pépites est un plaisir partagé avec ces professionnels si avenants et qui peut être renouvelé presque sans fin (enfin si celles de votre banquier, sinistre sir).


Le pitch :

Shelton, ancien boxeur devenu journaliste, et Felter, petit libraire hypocondriaque, s'associent afin de faire la lumière sur une série de meurtres insolites. 



Ce que j’en pense :

Au début, je n’avais pas saisi pourquoi ce titre pour ce premier tome, pourquoi cette photo en noir et blanc sur la page de garde… J’ai compris à la fin avec l’explication donnée par l’auteur à la toute fin de cet album. Ainsi donc la réalité se mêle à la fiction et c’est un bel hommage pour les victimes de cette tragédie qui ainsi ne restent pas l’oubli : la tragédie de Boston en 1919 avec la rupture d’une gigantesque cuve de mélasse qui va tout balayer sur son passage.

Un duo de personnages assez caricaturales se met en place et j’aime beaucoup parce que c’est peut-être un peu gros, mais quand c’est bien fait, on adhère.
Sheldon est aussi grand et fort que Felter est petit et maladif. Mais si l’un devient les bras et les jambes de l’autre qui possède d’indéniables qualités d’observation, de déduction, on se retrouve avec une atmosphère sherlockomesque qui me ravit.

Les dessins sont agréables, détaillés (regardez bien durant votre lecture, vous y décèlerez des indices précieux), qui portent l’intrigue classique tout en douceur avec le juste rythme qui convient.
Les couleurs sont de bon ton. Rien à redire sur ces points techniques qui sont pourtant cruciaux.

Il y a de l’humour et de grandes qualités humaines dans ces planches.
On y passe un agréable moment et on sait déjà qu’on pourra relire l’album avec autant de plaisir que lors de sa découverte. C’est un véritable plus.




Et s’il fallait mettre une note : 15 / 20







lundi 8 octobre 2018

Bonjour, c’est l’infirmière de Charline




Le livre :

Bonjour, c’est l’infirmière de Charline aux éditions Flammarion, 246 pages, 16 €00.
Publié le 20 septembre 2017



Pourquoi cette lecture :

Trouvé dans les rayonnages d’une des médiathèques que je fréquente, j’ai eu envie de découvrir Charline, son métier si familier, si proche de nos vies pour les petits et gros bobos.


Le pitch :

Chaque matin, Charline réveille sa voiture et sa motivation pour se rendre chez ses patients. Elle a ses chouchous, comme ce couple de vieux qui se chamaille avec la tendresse d'un vieux couple, et il y a aussi des patients difficiles, comme cet homme alcoolique et violent face à qui elle s'est sentie si vulnérable. A chacun, elle prodigue ses soins et un peu plus. Un peu plus, c'est un cœur attentif, qui écoute sans compter son temps, même si ce n'est pas remboursé par la sécurité sociale. 
Voilà ce qui rend ce métier si exposé, si dur parfois, et surtout si précieux. Franchissons avec elle les portes de ses maisons habitées par la maladie, la solitude, mais aussi la joie, l'espérance, l'humour (et toutes sortes d'animaux). Tendres, poignantes ou cocasses, ces histoires de patients racontent cette profession à laquelle nous confions ce que nous avons de plus intime, de plus fragile, et de plus cher : nos malades.



Ce que j’en pense :

Je ne savais pas avant de lire ce livre que Charline tenait un blog qui est justement à l’origine de ce titre. C’est maintenant assez courant quand le succès des articles est au rendez-vous. On repasse vers un support plus traditionnel et donc papier.
D’ailleurs si cela vous intéresse d’aller plus loin que le livre, allez donc visiter le blog de Charline : http://cestlinfirmiere.blogspot.com
Je l’ai trouvé encore mieux, sans doute parce qu’on ne le lit pas de la même façon et que ses textes y gardent toute leur force, leur fraîcheur et leur caractère plus spontané.

Infirmière, c’est un beau métier qui demande beaucoup à celles et ceux qui l’exercent. Trop sans aucun doute avec des conditions d’exercices de plus en plus complexes, dégradées. Peu importe que l’on parle en réalité de l’infirmière dans un établissement médicalisé (clinique, hôpitaux, maison médicalisée…) ou de la libérale (à son compte). Les difficultés sont différentes, mais le malaise est le même au fond.
Charline brise le silence, lance des bouées, des bouteilles à la mer avec ses écrits. En plus d’avoir donc un métier magnifique, mais prenant, usant, éreintant, elle témoigne pour que peut-être les choses bougent.
Oh pas de miracles attendus, mais des petits rien déjà qui font que ces hommes et femmes, qui comme Charline donnent presque sans compter, puissent tenir encore.

Dans ce livre, on aborde la formation, les différences entre justement le libéral et le salarié, le quotidien forcément lourd, les contraintes évidemment nombreuses, les conditions assurément très variables et soumises à des aléas qu’on imagine pas toujours, la rémunération scandaleusement indécente… Bref, on voit, on découvre, on prend conscience grâce à la voix de Charline, de ce qu’est la réalité de ces personnes qui viennent nous aider, nous soulager quand cela va très fort pour nous.

C’est un livre à lire, qui fait réfléchir sur comment notre société évolue, comment marche le monde.
Ne le lisez pas d’une traite, cela fait trop.
Lisez-le comme le blog, par épisode, afin que le message envoyé par l’auteur ne perde pas de son intensité et n’hésitez pas à relayer. Il fera encore plus de bruit et on le sait, ce qui fait boom assez fort a aussi des chances de faire de l’audience, d’attirer l’attention de ceux qui peuvent faire changer un tant soit peu les choses.



Et s’il fallait mettre une note : 12 / 20