mercredi 27 janvier 2016

Journal d'un écrivain en pyjama de Dany Laferrière



Le livre : 

Journal d'un écrivain en pyjama de Dany Laferrière aux éditions Grasset, 312 pages, 19 € 00.
Publié le 4 septembre 2013.



Pourquoi cette lecture : 

Ce sera ma seconde lecture des écrits de Dany Laferrière. 
J'avais apprécié la première sans être devenue fan. Celle-ci me fera peut-être changer d'avis qui sait ? Je reste de toute manière curieuse et je pense que pour connaître un auteur, il faut avec lu ou essayer de lire plusieurs de ses titres. 



Le pitch : 

"Le pyjama est un étrange habit de travail", nous dit Dany Laferrière qui, après trente années d'écriture, décide de parler à ses lecteurs. Suite de scènes où fiction, réflexion, récit, méditation s'entremêlent avec cette désinvolture qui caractérise son style. Notes à un écrivain en pyjama met sous nos yeux l'itinéraire de cet écrivain pour qui la vie est une aventure exaltante qui se conjugue entre lire et écrire. 

Il évoque ses auteurs favoris, classiques ou contemporains, comme s'il s'agissait de vieux amis qu'il a l'habitude de retrouver au café du coin. De "Comment débuter une histoire" à "La description d'un paysage" en passant par "La mémoire de l'enfance", sans oublier "Le fouet de Truman Capote", les conseils et l'humour de l'auteur de L'Enigme du retour.



Ce que j'en pense : 

Cet ouvrage est une suite de chroniques sur l'écriture et le travail créatif de l'écrivain tout en montrant ce dernier sous un jour peut-être moins flatteur, mais certainement plus réaliste. J'aime la proximité ainsi créer. Déjà que les grands lecteurs apprécient celles et ceux qui les transportent par leurs mots, là, on peut entrer dans leur petit monde pas si idyllique, remplie de labeur et de solitude. 

Chaque chronique est un conseil, une analyse sur point donné, une réponse à une interrogation pour l'apprentie écrivain qui sommeille peut-être en nous. Cela pourrait être ennuyeux, mais pas du tout car cela reste très vivant, remplie de bon sens, d'exemples parlants sans être dénué d'une grande culture mise à la portée du plus grand nombre. Bravo ! 
Cependant, il m'est arrivé de ne pas être d'accord. Je n'ai pas apprécié certaines remarques faites à l'encontre de Daniel Pennac. Je l'ai trouvé aussi sévère avec une œuvre de Meier. 

Attention, Dany Lafferière ne nous donne pas ici une recette toute faite pour écrire le prochain best-seller. Cela n'existe pas et c'est tant mieux. Mais l'ensemble est judicieux et peut nous être utile en plusieurs circonstances. 

J'ai apprécié plus cette lecture que ma précédente : L'art presque perdu de ne rien faire. J'ai pu m'y plonger plus sereinement et je pense que la thématique me convenait indéniablement plus.  
Ce livre peut se lire d'une traite ou se picorer afin de mûrir certains points. On peut aussi le garder sous le coude pour s'y replonger de temps en temps, pour vérifier où se remettre en mémoire tel ou tel aspect alors abordés. 



Et s'il fallait mettre une note : 15 / 20 



0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !