vendredi 12 décembre 2008

Pauvre roi Arthur ---- Kaamelott, saison 1

Je suis historienne de formation et une grande passionnée de littérature.
Cependant, je ne désapprouve pas quand certaines œuvres prennent certaines libertés avec l’Histoire ou les classiques littéraires pour peu que cela bien fait, bien amené ou que le but recherché soit atteint.
Aujourd’hui donc, je vais vous parler d’une série télévisée francophone qui revisite à sa manière la quête du Graal et le récit des aventures d’Arthur ainsi que celles de ses chevaliers de la table ronde : Kaamelott, livre 1.

**************************************

Petite présentation du coffret :

De couleur marron, limite mauvaise imitation de faux cuir au touché de carton, ce premier coffret donne le la de cette nouvelle partition.
Lorsque l’on peut l’ouvrir, les illustrations couleur sépia confirment cette première impression, on est dans le faux, l’archi-faux même, mais on assume pleinement.

Trois dvd contenant l’intégrale de cette première saison, tous disposés dans des emplacements réservés à cet effet et facilement accessibles. C’est simple, sobre, mais fonctionnel.
Les deux premiers dvd contiennent chacun 50 épisodes d’une durée approximative de 3 à 4 minutes chacun. Le troisième contient les bonus.

Peu d’indications en réalité sur le coffret même. Pas de livret non plus, on doit donc tout découvrir par soi-même. La quête du Graal commence…

****************************************

L’intrigue :

Au Ve siècle après Jésus-Christ, sur l’île de Bretagne : le christianisme naissant et les anciennes traditions celtes s’entrechoquent pendant que l’Empire romain s’effondre. Le royaume de Kaamelott apparaît alors comme le nouveau phare de la civilisation. Enfin en théorie…

Entouré par ses fidèles chevaliers, le roi Arthur a reçu pour mission de chercher le Saint Graal. Néanmoins, cette quête s’annonce plus que difficile, car Arthur est très mal entouré. Ses Chevaliers de la Table Ronde sont des caricatures de héros : peureux, naïfs, stupides ou au contraire violents, archaïques et désordonnés, ceux-ci ne comprennent pas l’enjeu de la quête du Graal. À leur décharge, il faut aussi dire que seul le roi Arthur peut voir la dame du lac, ce qui n’aide pas vraiment. Quant à Merlin, c’est un druide peu orthodoxe et certainement pas comme on se l’imagine.
L’entourage familial n’aide pas non plus de roi car entre les conflits qu’il peut avoir avec sa belle-famille même lors de simple repas, sa femme qu’il ne peut guère voir autrement qu’en peinture et j’en oublie, c’est certain, on n’est pas encore arrivé !

****************************************

Les bonus :

- La genèse de « Kaamelott », le court-métrage- « Dies Irae » : C’est effectivement ce court-métrage qui est à l’origine de la saga que l’on va pouvoir découvrir par la suite sur M6 et en coffret DVD comme aujourd’hui. C’est amusant car c’est tourné sans grand moyen, mais déjà la « patte » Astier est bien présente. C’est amusant, mais le meilleur est encore à venir.

- Les pilotes : Au nombre de 10, ce sont les épisodes fondateurs de la série. On peut y noter les changements d’acteur pour certains rôles importants, les costumes et même les décors, mais l’essentiel est là, l’humour, cela va sans dire !

- Le bêtisier : Un classique, mais qui trouve toujours sa place dans un coffret DVD. Reste que ce n’est sans doute pas le meilleur des bonus disponible dans ce coffret. J’en suis presque déçue, mais j’ai déjà tellement ri avec le reste que je n’en garderai point de rancune.

*****************************************

Mon avis :

Je n’ai jamais suivi cette saga sur M6 et pour cause, je ne regarde presque jamais la télévision ou alors, c’est que j’ai un programme précis qui m’intéresse. De ce fait, c’est plutôt au gré du hasard que j’ai découvert l’existence de cette série et c’est grâce à une promotion du premier coffret que je me suis lancé pas tout à fait dans test en aveugle, mais presque…

Comme je le disais en introduction, je suis plutôt du genre puriste pour tout ce qui touche l’Histoire et la littérature, mais je n’ai rien contre les comédies et les parodies si elles sont bien faites. J’aime tout autant m’amuser et rire que lire ou savourer un classique. Il y a un temps pour tout.

« Kaamelott » introduit donc des personnages présents dans la légende arthurienne, mais aussi des personnages fictifs afin d’étoffer encore un peu plus l’intrigue et ses gags. D’une manière générale, tous les personnages ont été modifiés pour correspondre à l’aspect burlesque de la série. Si c’est fait pour servir lé série et donc pour amuser le spectateur alors l’intention est déjà bonne.
Chaque personnage est l’incarnation de travers humains particuliers, faisant ainsi écho à la nature humaine que nous connaissons si bien. Et oui car si l’intrigue se déroule au Moyen-Âge, les préoccupations de chacun sont furieusement actuelles.

Les clins d’œil à d’autres univers et notamment au cinéma sont à peine voilés : les titres des épisodes, des expressions… Cela renforce encore le côté moderne de cette saga censée se dérouler dans le passé.

Le format assez court cadre bien avec tout l’esprit de la saga. En effet, ne dit-on pas que pour qu’une blague soit bonne, elle se doit d’être courte ? Et bien là, c’est pareil. C’est court et soit cela passe, soit ça casse.
Et oui sur le nombre, certains épisodes sont moins drôles que d’autres, mais l’ensemble est très bon.

Autre avantage pour des personnes comme mon mari : on peut regarder ponctuellement la série. Les épisodes se suivent, mais si l’on en rate plusieurs, on n’est pas perdu pour autant. Testé et approuvé par mon homme qui s’est endormi devant car il tombait de fatigue (non promis la série était amusante, mais là il en pouvait plus.).

La série devant faire ses preuves à l’antenne, le premier livre de Kaamelott fut, à de rares exceptions, intégralement tourné en intérieur, mais je sais déjà que la suite se déroulement plus longuement à l’extérieur. Bon, il y a bien quelques rares prises de vue en forêt, mais à part quelques arbres et bosquets, on ne distingue rien d’autre.
C’est un peu triste, mais cette première saison est un rodage en quelque sorte.

Les costumes sont parfois réussis, mais en règle général tout fait un peu toc. Là encore, cela ne gène nullement car on ne peut pas vraiment parler de héros, mais de zéros… Ahhh, le pauvre Arthur !
Les décors sont assez sombres et sobres. Le plus important est de toute façon dans les dialogues.

À visionner sans se poser plus de question, juste pour se détendre et sans aucun doute retrouver un zest de bonne humeur.


Note final : 15 / 20.

0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !