dimanche 7 mars 2010

Chasseur-chassé ---- "La traque" de Muriel et Patrick Spens


Un thriller historique pourquoi pas ? S’il s’agit en prime d’un premier roman, c’est encore mieux car j’aime découvrir de nouveaux talents, de nouvelles plumes qui vont me faire frissonner, me transporter loin de mon quotidien.
C’est avec confiance que je me plonge donc dans « La traque » de Muriel et Patrick Spens.

******************************

Les auteurs :

On ne sait rien d’eux sauf qu’il s’agit de leur premier roman.
Un peu de mystère ne nuit pas, mais au contraire attise ma curiosité…

*******************************

L’intrigue : (quatrième de couverture)

Pourquoi le célèbre romancier anarchiste Larsen, exilé au Mexique, n’a-t-il plus écrit de livres après 1940 ?

Pourquoi les seuls otages fusillés par le gouvernement communiste de Munich en 1919 appartenaient-ils tous à une société secrète dont les principaux membres inspirèrent ensuite son programme d’extermination à Adolf Hitler ?

Pourquoi Rudolf Hess, le dauphin d’Hitler, a-t-il gagné en avion la Grande-Bretagne au printemps 1941, avant le déclenchement de l’opération Barbarossa ?

Pourquoi Jacques Doriot, ancien communiste devenu chef du Parti populaire français collaborationniste, a-t-il été mitraillé dans sa voiture, en 1945, par des avions de chasse non identifiés, sur une route du sud de l’Allemagne ?

L’enquête menée à Paris au début de l’été 1942 par un inspecteur français à la suite de l’assassinat d’un officier SS conduit sur la piste de quelques-uns des aspects les plus mystérieux de la Seconde Guerre mondiale.

Un thriller historique qui fait revivre, sous les traits de Larsen, l’écrivain B. Traven, l’inconnu le plus fameux des annales littéraires du XXe siècle.

Ce roman, par son intrigue aux multiples rebondissements et son intelligence rouée, nous fait toucher du doigt toute l’ambiguïté de la période de l’Occupation.

****************************

Ce que j’en pense :

L’Histoire est une passion au même titre que la littérature pour moi. Si je peux concilier les deux dans un même ouvrage, je le fais d’autant plus avec plaisir si ce dernier est de qualité.
Dans le titre qui nous intéresse aujourd’hui « La traque », nous sommes dans un roman et non dans une biographie. Cela signifie que les auteurs ont pris quelques libertés avec la réalité, que cela soit de manière volontaire ou par manque d’informations sur quelques points. Cela ne les empêche nullement de faire intervenir de véritables protagonistes dans ce thriller historique.
C’est indéniablement un plus qui bien travaillé apporte de la crédibilité à l’intrigue qui nous est racontée.
Ainsi si l’on souhaite véritablement en savoir un peu plus sur le romancier Larsen, je vous invite à suivre ce lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/B._Traven
Tout n’est pas à prendre au pied de la lettre dans « La Traque », mais l’esprit, l’atmosphère sont véridiques.

L’ensemble se lit assez aisément, même si on a un peu de mal à relier les différentes parties qui nous sont présentées les unes à la suite des autres (récit classique, pièces jointes à des dossiers nazis, coupures de presse, lettres…). On ne sait pas trop où veulent en venir les auteurs même si l’on se doute que tous les éléments doivent être importants.
On fait des allers et venues dans le temps, dans des périodes troubles de notre histoire européenne et si l’on ne possède pas un minimum de bagage historique, je pense que l’on s’y perd d’autant plus aisément. Heureusement, ma formation universitaire m’a bien servie même si ma mémoire n’est pas toujours des plus pointues.

Un style où les quatre mains ne se ressentent pas. Il n’y a aucune cassure de rythme, ni de style. Les auteurs se sont admirablement complétés au point que l’on ne peut pas les distinguer l’un de l’autre et que l’on doit se référer à la couverture pour savoir qu’ils sont deux.

Un bel ouvrage, avec une présentation soignée.
On trouve même un glossaire très utile pour nos mémoires défaillantes : les sigles politiques, des groupuscules, etc… Simple et utile, c’est parfait.
La couverture nous plonge dans le monde des arts indéniablement et cet homme ainsi représenté me fait un peu penser à Jean Moulin. Désolée, je pense que mes racines lyonnaises ont encore une fois parlé et puis le lieu où je vis n’y est sans doute pas pour rien non plus.

« La traque » se lit bien et laisse un bon souvenir une fois cet ouvrage refermé. C’est appréciable alors que la période traitée est loin d’être la plus flatteuse ou la plus glorieuse pour nous.
Des auteurs à suivre donc…

Ma note finale : 14 / 20

Merci beaucoup à Livraddict et aux éditions Le cherche midi pour ce partenariat, cette découverte et cette lecture qui fait encore froid dans le dos.

2 commentaires:

herisson08 a dit…

Assez tentant :)

El Jc a dit…

Oui comme tu le précises à juste titre, impossible de dissocier les deux auteurs durant la lecture. Un bon premier roman qui va me faire sas doute surveiller les prochaines parutions de ce duo d'auteurs.

Rendez-vous sur Hellocoton !