samedi 13 mars 2010

Au pays des geeks ---- "jPod" de Douglas Coupland

Geek, j’étais, geek, je ne suis plus… La vie quotidienne a eu raison de tout ceci et je ne puis plus être collée à mon ordinateur ou à mes consoles de jeux du matin au soir. Je suis largement dépassée aujourd’hui, même si je surnage grâce à mes bases solidement ancrées depuis quelques années déjà. Et puis j’essaie aussi de ne pas me laisser trop distancer, question de fierté !

Rares sont les livres traitants ou abordant ce sujet de manière originale et en sortant un peu des stéréotypes. « jPod » de Douglas Coupland m’a tout de suite intrigué. Je ne connaissais ni l’auteur, ni son style pour justement traité un sujet aussi vaste que trompeur…
Vite, je me suis lancée dans cette nouvelle aventure littéraire !

**************************

L’auteur : (source : les éditions Au diable Vauvert)

Né en 1961, Douglas Coupland a grandi et vit à Vancouver sur la côte ouest du Canada. Plasticien et designer, il est l'auteur du roman aujourd’hui culte dans le monde entier, Génération X.
Toutes les familles sont psychotiques, Girlfriend dans le coma, Hey, Nostradamus ! et Eleanor Rigby, tous parus au Diable Vauvert, sont plébiscités par les lecteurs au format de poche, dans la collection 10/18.

Sa page web (en anglais) : http://www.coupland.com/

**************************

L’intrigue :

Ethan Jarlewski et ses cinq collègues travaillent dans une boîte de jeux vidéo à Vancouver et sont plus préoccupés par l'organisation de tournois de Tetris et la recherche d'informations inutiles sur Internet que par la dernière tâche absurde imposée par leur direction : insérer un personnage de tortue dans un jeu de skate-board.
Bienvenue dans le quotidien dysfonctionnel de ces six geeks (accros à l'informatique) : la mère d’Ethan cultive du cannabis qu’elle revend à des bikers tandis que son frère fricote avec un puissant trafiquant de clandestins chinois. Une bien belle famille psychotique comme l’auteur sait si bien les camper…

Entre tournages de séries Z, compétitions de danse de salon, tribulations en Chine et autres situations déjantées, le récit nous plonge dans un univers amoral et échevelé.

**************************

Ce que j’en pense :

La fanatique (douce) des produits Apple a immédiatement réagit au titre de cet ouvrage. Comment ne pas faire le lien entre le iPod, le baladeur numérique de la marque à la pomme croquée et l’intitulé de ce récit : « jPod ». Même la majuscule est placée au même endroit, ce n’est donc pas un hasard ou alors je ne m’y connais vraiment plus ! (Bon ok page 63, l’auteur nous donne sa version des faits et le pourquoi du comment du jPod, mais je n’y crois pas un seul instant !).
Cela débutait donc plutôt pas mal.
La couverture était originale et ces six petits personnages représentés avec des legos (ou ce qui y ressemble franchement) donne ce côté adulescent que je recherche dans ma lecture.

Voici même le lien jPod : http://www.jpod.info/

Je souhaitais aussi trouver quelque chose d’original et bien je suis servie !
L’éditeur, tout comme l’auteur s’est « amusé » avec les polices de caractère. On passe de l’une à l’autre en fonction de ce que l’on lit. Il y en a une pour les mails, une autre pour ce que les protagonistes voient en face d’eux et qu’ils évoquent pour nous, une autre encore pour le corps de l’intrigue…Et pour ma part, c’est du jamais vu. Cette originalité est une bonne idée, même si je peux aussi lui trouver au moins un défaut. D’un point de vue positif, c’est plus clair pour le lecteur qui en un seul coup d’œil sait replacer ce qu’il lit dans son contexte, mais c’est aussi lassant, voir fatiguant de devoir sans cesse s’adapter une police de caractère pas toujours des plus lisibles quand on est fatigué (oui, je lis le soir et parfois mes yeux font du tricot parce que je tombe de fatigue, mais je veux absolument avancer dans mes lectures).

Le récit est déjanté et je me demande où a bien pu pêcher toutes ces idées ce cher Douglas Coupland. Je sais bien que les geeks, en général, sont complètement décalés par rapport à la vie réelle, mais là quand même, c’est énorme ! Et que dire des géniteurs ???
J’ai trouvé cela hilarant, loufoque, complètement déjanté.
Jugez vous-même, l’auteur, Douglas devient même un des personnages de ce roman peu orthodoxe. C’est limite très narcissique quand même…

Ce pavé de plus de 500 pages est un OVNI. On le lit pour se dépayser, mais au final, on en ressort parfois avec la migraine tellement c’est tordu. On se perd, on se retrouve et l’on s’égare de nouveau. Wahou, cela en deviendrait presque indigeste.

Une lecture pas banale, que je ne conseillerai pas à tout le monde. Je crois que pour l’apprécier, il faut connaître un peu le monde de l’informatique, des jeux vidéos ne serait-ce que par un proche. Si on n’y connaît vraiment rien, on risque de passer totalement à côté.
Mais pour tous les autres, essayez, rentrez dans la partie : Insert coin !

Ma note finale : 14 / 20

Merci à Livraddict et aux éditions Au diable Vauvert pour cette lecture hors du commun.

7 commentaires:

Thalia a dit…

Il me tente bien ce titre! J'ai envie de voir tout ce décalage de plus près. :)

evertkhorus a dit…

J'ai bien envie d'essayer! Merci pour cette critique!

Pikachu a dit…

Ahah ! Je suis encore plus enthousiaste que toi sur ce livre ! Les variation de taille de police ne m'ont pas du tout gênée, mais elles m'ont beaucoup amusée.
Comme tu le soulignes si bien, un novice en informatique pourrait vraiment passer à côté de ce livre, mais celui qui s'y connaît un peu y prend plaisir (en tout cas, ce fut mon cas) !

De.w a dit…

Merci pour cette découverte! Je viens de le commander et l'ajouter donc a ma PAL!

Lelf a dit…

Mon copain l'a acheté, il est tout à fait désigné comme public. ^^
Mais j'espère bien m'immerger moi aussi, avec le peu que je connais (qui est plus que je ne pense, d'après mon copain). On verra bien? ;)
Merci pour ton avis.

esmeraldae a dit…

pour moi ça a été indigeste!

baba a dit…

Belle chronique Emeralda ! J'avais pas vu le site jpod, il est vraiment aussi bizarre que le bouquin ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !