jeudi 27 novembre 2008

Je ne suis pas un héro ! ----- "Heroes" saison 1

Je regarde bien peu la télévision, mais je me rattrape largement avec les éditions dvd que je trouve bien plus adaptées à mes besoins et à mon mode vie. En effet, je suis toujours pressée, je cours d’un projet à un autre, je mène une vie de famille bien remplie, en bref, je suis une femme très occupée.
Pour suivre donc avec plaisir une série télévisée, je n’ai donc encore rien trouvé de mieux que de visionner les coffrets comportant les saisons entières de celles-ci. Je commence quand je le souhaite, j’arrête quand je n’en peux plus. Le pouvoir se trouve dans ma télécommande.
Aujourd’hui je me penche sur le dossier de « Heroes », saison 1. Un programme chargé à ce que me laisse deviner les indications sur le coffret !

******************************

Petite présentation du coffret :

De taille standard, il se présente comme un livret que l’on ouvre. Les dvd sont présentés de manière superposée et je n’aime guère cela. Je trouve que cela ne rend pas toujours l’accès facile à ces derniers. On les manipule un peu trop, ça glisse, le plastique peu casser, en bref, cela m’agace.

L’ensemble du coffret reprend une présentation et une topographie faisant penser aux comics américains. C’est une particularité que l’on retrouvera sur les menus des dvd eux-mêmes.
De couleur sombre, l’éclipse est comme un point de départ qui va aider les « héros » à se trouver et à comprendre leurs destins. Une présentation simple, mais qui ne laisse rien au hasard.

Ce coffret ne comprend pas moins de 7 dvd et l’on nous annonce plus de 11 heures de bonus inédits. Un programme de folie en somme. L’accent a été mis autant sur la série elle-même que sur les bonus. Un élément vendeur indéniablement.

Les pistes audio sont en 5.1 Dolby Digital Surround et disponible en Anglais et Français. Les sous-titres sont uniquement en français.

*****************************

L’intrigue :

Des personnes comme vous ou moi découvrent un jour qu’elles ont des pouvoirs : voler, courber l’espace-temps, voir l’avenir…Etc
Tout rappel l’univers des comics et de ses supers héros, mais pour ces personnes, c’est bien réel. Comment vont-elles réagir et quelles vont être les conséquences pour elles-mêmes, leur entourage et le monde ?

******************************

Les bonus :

Ils sont plus que nombreux, ils fourmillent de partout même.

- Le pilote en version inédite : d’une durée de plus de 71 minutes, vous allez en découvrir des passages inédits (plutôt normal pour un inédit ?!). Il est présent sur le dvd n°1 avec au choix, la version originale 5.1 sous-titrée en français ou la version commentée par Tim Kring. Pas mal le choix.
On peut même y découvrir un personnage doté de pouvoirs qui n’apparaît qu’au second épisode et qui du coup nous apparaissait alors comme un cheveu tombé sur la soupe. Mais ce qui est plus gênant, c’est que ce visionnage rend peu probable le découpage alors choisi pour sa première apparition dans l’épisode « Découverte en série ». En fait, on l’a tout simplement gommé et replacé ailleurs dans un autre contexte. Dommage, je préférai celui-ci de prime abord.

- Des scènes coupées disponibles en version originale sous-titrée en français. Elles concernent l’épisode pilote (oui, des scènes inédites et ce même pour la version longue) et sur tous les autres épisodes. Parfois elles apportent un petit éclairage nouveau sur ce que l’on peut découvrir au sein des épisodes, mais j’avoue aussi qu’elles complexifient également les choses, déjà que rien n’est simple. Parfois même je ne vois pas en quoi elles sont différentes de ce que j’ai déjà pu voir dans la série. Ce sont les mêmes, à l’identique…

- Il y a aussi des commentaires audio par l’équipe de la série. Toujours intéressants et qui fourmillent de détails.

- Un petit jeu fort sympa qui me rappelle ce que l’on faisait dans la cour de récréation en primaire. Cette fois, ils nomment cela « Parkman lit dans vos pensées ». Cela reste toujours troublant alors qu’il s’agit de mathématiques pures.

- Le tournage de « Heroes » : Un magnifique bonus sous-titré qui mêle tous les aspects possibles de ce genre de bonus. C’est rythmé à l’image de la saga elle-même.

- Les effets spéciaux : Ils tiennent une place importante dans la série et ils sont bien conçus car suffisamment impressionnants pour nous coller à nos sièges, mais également bien dosés car ils ne semblent que rarement trop surfaits. Un beau bonus qui nous dévoile une partie des trucs et astuces mis en place pour notre plus grand plaisir.

- Les cascades : Beaucoup de scènes nécessitent une intervention de ce genre car chaque personnage possède des pouvoirs, des dons très particuliers qui impressionnent de par leur puissance… Il fallait un savoir faire et là encore, on nous montre les ficelles.

- Tim Sale, le véritable Isaac Mendez : C’est le véritable auteur des toiles que l’on va découvrir au fil de l’intrigue, idem pour les comics. Un portrait intéressant.

- La création de la bande originale : Une bonne série se doit d’avoir une bande originale de grande qualité tout comme un long-métrage. Ce n’est pas simplement un plus, c’est un passage obligé. Il faut dépasser le stade du thème récurrent pour avoir toute une identité musicale. Encore un excellent bonus.

- Les coulisses du doublage : Le seul bonus en français, les autres étant seulement (mais c’est déjà pas si mal sous-titrés). Je suis très heureuse de trouver enfin dans les bonus d’une série une partie sur ces acteurs qui font un travail admirable et pourtant si peu gratifiant encore. Et pourtant sans leur voix, sans leur talent, ces séries venues d’Outre Atlantique ne seraient sans doute pas si passionnantes. Un fort bel hommage où les amoureux du docteur Jackson de « Stargate » verront enfin le véritable acteur français… Mais ce ne sera pas le seul. Plus de 11 minutes d’information et encore une fois un bel hommage.

- Des bandes-annonces qui si vous ne les avez pas vu en lançant la lecture de votre premier dvd sont encore disponibles dans ce menu : « Le royaume », 13ème rue / Sci-Fi en diffusion HD, « Les bleus » et « Battlestar Galactica »…Etc.


******************************

Mon avis :

Si j’aime regarder des bandes-annonces au cinéma, j’avoue en être beaucoup moins fan sur dvd et particulièrement sur ceux que j’achète. Enfin, je dis cela quand je ne peux pas les zapper ! Et là justement, ce fut le cas en mettant dans mon lecteur le tout premier dvd du coffret. Des bandes annonces choisies oui, imposées, non merçi.
En effet, ces bandes-annonces sont imposées dans le sens où avant même de pouvoir accéder au menu, on doit tout d’abord les visionner. Il est évident que l’on peut les passer en accélérer ou même les passer tout court une à une, mais je n’apprécie guère cette façon de faire.
Ceci étant dit, cela n’enlève rien au contenu de mon coffret ici présent, mais j’aurais aimé avoir le choix.

Le menu est simple, mais très fonctionnel. La typographie ainsi que la mise en page est proche de celle d’une bande dessinée ou plutôt de celle d’un comic américain.
Une présentation agréable car tout y est facile d’accès.

- « Hors du commun » ou le pilote de série.
Les premières minutes sont un peu confuses et partent dans toutes les directions, mais l’on sent déjà que quelque chose d’extraordinaire va se produire ou être découvert. Et puis, ensuite, on découvre le fin mot de l’histoire justement, en tout cas pour certains personnages disséminés un peu partout dans le monde. Ils ont des dons ou des pouvoirs. Peu s’en réjouissent vraiment, mais les faits sont là. Le mode actuel n’est peut-être pas prêt à les accepter tel quel. Il y a les incrédules, ceux qui se voilent la face, les obnubilés, les gentils et les méchants ?
Leurs destinées vont finir par se croiser et une toile se tisse.
La saga vient de naître.

- « Découverte en série » :
Une bonne partie de cet épisode (en fait les 15 premières minutes) est essentiellement composée de rediffusion d’éléments déjà vu dans l’épisode pilote GRRRRRRR. Alors certes, nous avons quelques informations complémentaires, mais c’est un peu rageant.
Petit à petit, on apprend à découvrir nos 5 héros qui eux-mêmes commencent à se familiariser avec leur pouvoir. Cela ne veut en aucun cas dire qu’ils l’acceptent, mais ils savent que c’est maintenant une donnée essentielle dans leur vie qui va forcément être différente.
Et la différence n’est jamais une chose aisée à gérer dans nos sociétés plus ou moins formatées.

- « Un pas de géant » :
Le découpage de l’épisode rend parfois les éléments confus, mais chaque personnage prend de l’ampleur, décide d’agir soit pour tenter de sauver des apparences de normalité, soit pour avancer vers ce fabuleux destin de héros, de super héros. Une belle approche humaine donc.

- « Collision » :
Après un petit rappel des faits précédents, on peut continuer à suivre les aventures de nos nouveaux héros. Et c’est forcément un minimum mouvementé. Pour certains, la situation est encore moins confortable que pour d’autres, mais leurs destins se croisent et se recroisent de plus en plus étroitement. Les choses se précisent et pourtant on est bien loin d’avoir toutes les clefs en main. On se sent tout proche de découvrir quelque chose et puis l’instant d’après, plus rien. C’est étrange. Cela vient sans aucun doute du morcellement de chaque épisode.

- « Hiros » :
Cette fois, c’est bon, nos héros ou apprentis héros commencent à comprendre que ces dons vont servir une noble cause. Bien sûr l’essentiel leur échappe encore. Nous aussi, on a beaucoup de mal à tout comprendre, on est comme eux dans une sorte de brouillard, mais j’avoue que c’est ce qui fait la spécificité de cette saga. C’est réellement comme un puzzle géant un peu fou.
Et si i demain, je devais rencontrer un homme ou femme qui me dirait qu’il sait voler ou peut voir l’avenir, je le prendrai pour un ou une illuminée. En tout cas, comme une personne ayant des araignées au plafond en plus grand nombre que moi…

- « Double je » :
C’est déjà pas évident de bien se connaître en temps normal alors quand viennent se greffer des pouvoirs paranormaux, imaginez un peu.
La vie de nos héros se complexifie encore et encore. Cette fois, il y a même des morts autour d’eux comme pour leur prouver que tout ceci n’est pas un jeu. J’avoue que j’essaie de m’accrocher, mais je suis toujours surprise de voir comment tout s’imbrique. Ce n’est pas un double jeu ou je, mais plus que cela. L’équation me dépasse, mais me fascine en même temps.

- « Rien à cacher » :
J’avoue que même en visionnant tous les épisodes dans l’ordre chronologique, j’ai quand même du mal avec la suite dite logique des évènements. La construction des épisodes étant assez décousue, cela ne m’aide guère. Reste que l’on avance toujours dans la saga et que nos héros avancent eux aussi vers l’inconnu avec plus ou moins de conviction, de motivation ou de compréhension.

- « Minuit moins sept » :
Je vois tant de personnes ayant des pouvoirs étonnant que je me demande qui est encore complètement normal dans cette série et pourquoi je ne fais pas mon ménage en 2 seconde un quart. Ben quoi, c’est vrai que ce serait super pratique… Plus sérieusement, on découvre de nouveaux personnages dans cet opus. C’était déjà assez chargé, cela va l’être encore plus.
En tout cas, j’adore cette phrase dite en guise de conclusion de l’épisode : « Ce n’est pas le monde qui est petit, c’est nous qui le sommes ». Tout un programme, non ?

- « Le couronnement » :
Je trouve que c’est avec cet épisode que tout commence. Alors certes il s’est passé beaucoup de choses avant cet épisode et elles étaient nécessaires, mais là je trouve que l’on arrive à un tournant. Je peux évidemment me tromper, mais j’ai envie de céder à cette première impression.

- « La naissance du mal » :
Un grand retour en arrière de 6 mois pour mieux comprendre (enfin) ce qui a changé dans la vie de nos héros malgré eux. Pour une fois, c’était beaucoup plus clair pour moi !
Des zones d’ombres s’éclairent maintenant de mille feux. J’arrive à saisir tant de choses qui m’échappaient encore. C’est fou, j’ai l’impression de me répéter, mais la construction des épisodes et même de la série est assez déroutante. On pense avancer et hop, on va en arrière, mais tout bien réfléchi, c’est quand même une avancée. Pas si simple, hein ?!

- « Contrecoup » :
Un épisode riche en rebondissement. C’est un peu comme si enfin on avait un petit coup d’accélérateur pour tous les personnages, qu’ils prennent enfin conscience qu’ils ne sont pas si seuls au monde et qu’ils doivent sans doute unir leurs forces.
Et comme presque toujours un final qui laisse le spectateur en plein suspens…

- « Ententes et mésententes » :
Je commence vraiment à m’y faire à ce type de récit en « patchwork », mais cela reste quand même déroutant car on avance autant que l’on recule. Le moins que je puisse dire, c’est que cette série est originale et que s’identifier à ses héros n’est pas chose aisée ou alors trop facile. Impossible de savoir, un peu comme si tout était son contraire. Le titre de cet opus est d’ailleurs fort bien choisi.

- « Le remède » :
Le mal est peut-être pire que le remède ou bien est-ce l’inverse ?
On ne saisit pas toujours la finalité de l’intrigue si ce n’est cette explosion nucléaire prochaine en plein cœur de New York. Le reste tourne beaucoup autour de la vie de chaque personnage qui doit apprendre à vivre avec ses nouvelles facultés qui se révèlent plus problématiques qu’autre chose. Une sorte de cadeau empoisonné…

- « La fille d’eux » :
On savait déjà que les pouvoirs de nos héros venaient d’une mutation génétique, mais là cela tourne à l’histoire de famille pour de bon. Les liens sont plus proches que jamais entre les différents personnages et je ne sais pas si cela simplifie le tout ou si au contraire tout n’en devient que plus complexe. Enfin, cela me fait surtout penser à une expression que l’on emploie de temps à autre par chez moi : « Il n’y a bien que les montagnes qui ne se rencontrent jamais ».

- « Mauvaises rencontres » :
Encore un titre qui sonne bien et qui reflète ce que certains de nos amis vont vivre. Certaines rencontres seront décevantes, d’autres carrément mortelles, mais indéniablement, elles ne seront pas bonnes. Un peu comme dans la vie…

- « Inattendus » :
C’est vrai que dans cet opus, on a des surprises, mais ce n’est rien avec ce que nous réserve la suite de la saga. On sent que le dénouement approche. On en veut toujours plus. Cet épisode par exemple vous fait saliver et le dénouement final vous échappe encore.

- « L’homme de main » :
On en apprend plus dans cet épisode que dans aucun autre. On s’aperçoit que beaucoup d’éléments remontent à plus de 15 ans en arrière et si ces flash back ne sont pas réalisés de main de maître, ils sont essentiels !

- « Parasite » :
Un épisode qui fait un peu froid dans le dos tant on voit que les ramifications des organisations sont plus que tentaculaires. On se demande un peu comme nos héros à qui l’on peut encore se fier. Ah la confiance en autrui…

- « .07% » :
Un chiffre si petit qu’il semble bien innocent et surtout inoffensif, mais avec cette série nous avons déjà appris qu’il ne fallait surtout pas se fier aux apparences car elles sont le plus souvent trompeuses et fourbes.

- « Dans cinq ans » :
La solution viendra-t-elle du futur ? On dit souvent que l’histoire est répétitive, que tout n’est qu’un long cycle éternel, mais n’est-ce pas encore une vue de l’esprit erronée ? Les pages ne sont jamais blanches et l’on peut bien gommer quelques passages pour les réécrire…

- « L’enfant prodigue » :
On est toutes et tous le fils ou la fille de quelqu’un et comme tous les parents, nos géniteurs ont des rêves pour nous, pour notre vie future. Parfois, cela nous donne des ailes, on se sent soutenu, mais parfois aussi, cela devient un poids. Nous avons tous un talent, à nous de savoir le maîtriser… Une belle leçon de chose.

- « L’heure de la victoire » :
On pourrait croire que nous sommes au terme du voyage hors il n’en est rien. Il nous reste encore tant de chose à accomplir. La victoire n’est rien si elle n’est pas consolidée… Un épisode qui nous laisse dans un suspens terrible.

- « La bombe humaine » :
On croit souvent que la fin est l’aboutissement, mais l’histoire peut nous jouer bien des tours car rien n’est inscrit dans le marbre ! Être un héros, c’est être brave et cela, tout le monde peut le devenir un jour. Pas besoin de détenir des pouvoirs hors du commun. Un final qui est à la fois un retour vers le passé et une fenêtre ouverte sur notre avenir. J’adore !

Avec cette série que j’ai appréciée, j’avoue que je reste quand même un peu sur ma faim. Je l’aime bien et en même temps, je ne lui trouve rien d’extraordinaire. Elle est originale, mais pas exceptionnelle. Complexe et pourtant si simple dans sa logique humaine. Elle est tout et son contraire !

Note finale : 15 / 20

0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !