vendredi 14 novembre 2008

James Bond prisonnier ? ------- "Quantum of Solace"


Je ne peux pas vraiment dire que je suis une inconditionnelle des aventures de James Bond, mais j’avoue que je rate rarement la sortie d’un nouvel opus car je vais au cinéma pour en prendre pleins les yeux et avec ces longs-métrages, le plus souvent, c’est gagné !
Et puis, il faut bien se le dire, avec Daniel Graig dans la peau de notre agent secret, c’est tout le mythe qui est dépoussiéré et pas toujours sans quelques égratignures, mais on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, non ?

******************************************

La petite fiche du film :

Ce film fait partie de la Saga James Bond
Date de sortie : 31 Octobre 2008
Réalisé par Marc Forster
Avec Daniel Craig, Olga Kurylenko, Mathieu Amalric...
Film américain, britannique.
Genre : Action, Espionnage
Durée : 1h 47min.
Année de production : 2008
Distribué par Sony Pictures Releasing France

Site officiel : http://www.quantumofsolace-lefilm.fr/

*****************************************

L’intrigue :

James Bond est marqué par la disparition de Vesper et il en fait une affaire personnelle même s’il s’en défend. Il s’implique comme jamais dans une mission et apprend de la bouche même de Mr White que l’organisation à laquelle il appartient est bien plus complexe et dangereuse que ce que peut l’imaginer le MI6. D’ailleurs les évènements s’enchaînent à toute vitesse et les coups pleuvent de toute part ! Comme pour donner encore plus de sens aux paroles à l’ancien prisonnier…

James va croiser le chemin de Camille qui elle aussi cherche à assouvir une vengeance personnelle. Et c’est là qu’apparaît l’incontournable Mr Greene qui n’est pas tout à fait ce qu’il prétend être, cela va sans dire… Il entraînera James aux quatre coins de la planète qui va alors prendre conscience de toute l’étendu de son pouvoir et de l’organisation qui l’abrite. La CIA est également dans le coup, mais de quel côté ? C’est un peu l’éternelle question…

007 va devoir faire preuve d’imagination, de combativité et de pugnacité pour toujours être en avance d’un coup sur ses adversaires qui sont plus nombreux que d’ordinaire, voir même qui sont ses « partenaires » et ainsi découvrir les véritables coupables… Une mission presque impossible, mais James va arranger tout ceci !

******************************************

Mon avis :

Si Daniel Graig avait fait couler l’encre en endossant le costume de James Bond pour « Casino Royale », je l’avais trouvé remarquable pour avoir justement donner un coup de fouet à une saga qui s’endormait doucement, mais sûrement sur ses lauriers.
Ce nouvel opus participe pleinement à cette cure de jouvence pour le mythe 007 puisque l’intrigue est la suite directe de « Casino Royale » (on débute juste quelques heures après la fin du précédent épisode). Je ne suis pas assez experte en la matière pour vous certifier que c’est une première dans la saga, mais je crois que oui.
Bon, même si vous n’avez pas vu « Casino Royale », vous arriverez à suivre quand même car vous vous douterez bien vite que le personnage de Vesper, qui est évoqué à maintes reprises, n’est autre qu’une personne qui fut très chère au cœur de l’agent secret du MI6 et qui a disparue bien trop tôt.

Alors oui certaines personnes ont encore du mal à imaginer James Bond en blond, plutôt très musclé et limite un peu trop « brut de décoffrage », mais je trouve, je persiste et signe même, que ce changement tombe à pic. De plus, « Casino Royale » nous faisait découvrir les débuts de carrière du célèbre 007 et devait donc se démarquer du reste. « Quantum of solace » en est la suite directe, on doit rester dans la même veine même si le personnage de James va forcément évoluer, grandir même, se peaufiner et tendre de plus en plus vers celui que l’on connaît mieux. Un mythe ne se forge pas un jour.

Comme toujours les cascades sont impressionnantes, spectaculaires même et c’est au cinéma que l’on en prend pleinement conscience. Cela explose, cela brûle, il y a de la tôle de luxe froissée, des coups de feu échangés… Sur terre, sur mer ou dans les airs, James maîtrise les éléments et les appareils ! Il est trop fort ! M’enfin, c’est 007 quand même !

Les paysages sont somptueux et les lumières presque magiques. Pour un épisode plutôt basé sur l’environnement (je n’en dirai pas plus), je dois dire que les images sont bien choisies. La haute définition ne nous épargne rien et l’on s’en voudrait justement de rater quelque chose. Au passage, vivement la sortie du Blu-ray Disc dans 6 mois ! Cela va être une tuerie si vous me permettez l’expression et si vous êtes équipé, forcément.

Les James Bond girls paraissent un peu fades toutefois dans ce long-métrage, mais passer après Vesper, c’est forcément compliqué. Eva Green a marqué ce rôle et c’est tant mieux car James Bond est lui aussi marqué à vie par cette rencontre.
M en revanche tire admirablement son épingle du jeu. Rarement on l’aura vu aussi « mère poule » sans toutefois se départir d’une élégante assurance qui ne peut venir que de sa longue expérience au MI6. Même prise en faute, elle sait où elle doit frapper et cela peut faire mal sous ses airs de mamie, fort jolie d’ailleurs.
Quant aux méchants, ils sont assez classiques, mais crédibles. Pour un peu, on aurait l’impression de les avoir déjà vu dans nos journaux !
Pour en revenir encore au personnage principal, c’est-à-dire James Bond, je puis vous dire que c’est surprenant de voir combien il est une véritable « machine de guerre », un tueur presque de sang froid, mais en même temps il est si sombre, presque glacial que le fait de le voir avec les traits de Daniel Graig semble plus que logique. (Ben oui son faux air de Vladimir Poutine en impose). Il reste qu’il a une classe folle pour arriver couvert de sang et de poussière dans le hall d’un palace et faire comme si cela était le plus naturel du monde (essayez juste pour voir !). Ses réactions sont assez basiques, ses besoins aussi et ce n’est pas dans cet épisode que vous pourrez voir de nombreux gadgets ou des scènes torrides. Non, c’est un 007 en action qui déplacerait des montagnes à mains nues s’il le fallait !

Une bande originale qui joue son rôle à la perfection et qui vous plonge dans une action perpétuelle. Vous verrez défilé le générique de fin sans même avoir eut le temps de respirer ! Vous aurez eu droit aux traîtrises, aux complots, au mystère, au chantage, aux scènes d’action et à de rares moments plus calmes, plus sereins, mais ce n’est que le calme qui précède la tempête.
En bref, c’est un opus a vous couper le souffle.

Note finale : 18 / 20.

5 commentaires:

steicha a dit…

mais tu trouves pas que la magie de james bond est un peu effacée?
Je veux dire que là, il n'apparaît pas franchement en gentleman, j'ai été surprise de le voir tuer ainsi et aussi, il n'y a pas tous ces petits gadgets qui nous font rêver!

steicha a dit…

je refais mon commentaire parceque je crois bien qu'il n'a pas fonctionné, je ne suis pas franchement experte en informatique.
oui, tu ne trouves pas que notre ami james perd un peu de son pouvoir magique? je veux dire par là qu'il utilise allégrement son droit de 00, il tue beaucoup, et il n'est pas tres gentleman.
Et ce qui manque un peu, ce sont tous les gadgets de Q!! mais ou est passé james!

steicha a dit…

bon j'abandonne!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Emeralda a dit…

James est en train de naître justement donc effectivement il est moins lisse, moins tendre aussi et surtout avec des manières plus rudes. Cependant, l'on sent bien dans ce personnage tout son potentiel.
Je pense que dans l'opus suivant nous allons encore voir les évolutions de sa personnalité. Ce sera peut-être aussi le retour des gadgets, qui sait ?
Et puis, sans être une experte du célèbre agent 007, je crois que cette nouvelle version est un peu plus proche de la version originale, c'est-à-dire des livres de Flemming.
James reviens, soyons-en certaines ! ;-)

clairedav a dit…

Sans avoir vu "Daniel Craig" à l'oeuvre, je disais qu'avoir choisi un blond pour James Bond était une terrible erreur. Moi qui adore les "Bond", je n'ai donc pas résister à me rendre au ciné voir Casino Royale puis Quantum Of Solace.
Verdict: Il est loin derrière Sean Connery et Roger Moore mais très loin devant Timothy Dalton et Pierce Brosnan.
Si je peux me permettre, voilà enfin un James Bond qui est en sang :)
Mais les anciens reste les meilleurs comme toujours...

Rendez-vous sur Hellocoton !