lundi 18 mars 2013

D'un corps à l'autre d'Olivia Chaumont



Le livre : 

D'un corps à l'autre d'Olivia Chaumont aux éditions Robert Laffont, 300 pages, 20 € 00.


Pourquoi cette lecture : 

C'est dans le cadre de l'opération Jeudis Critiques organisée par Entrée Livre que j'ai eu la chance de lire ce texte. 
Je ne suis pas particulièrement intéressée par les problématiques sexuelles, mais il faut bien le dire, Dame Nature parfois se trompe un peu ou alors ne va pas jusqu'au bout. Heureusement, l'homme peut aujourd'hui aider les personnes prisonnières de leur corps et c'est avant tout une aventure humaine, un chemin de croix que l'on n'imagine pas. L'humanité, si elle me désespère souvent, elle me donne aussi de temps en temps quelques raisons d'espérer. 
La lecture de ce livre s'inscrivait dans ce parcours.


Le pitch : 

Quand un homme devient une femme : le témoignage inédit d’une transsexuelle franc-maçonne sur la grande aventure de sa transformation. C’est à la veille de son opération en Thaïlande qu’Olivia revient sur son parcours. Durant plus de cinquante ans, elle a vécu dans l’enveloppe corporelle d’un homme mais, au fond d’elle-même, elle sait qu’elle est une femme. Le jour de son opération s’impose comme le jour le plus important de sa vie : Olivia va renaître dans une nouvelle peau, enfin femme. 
Olivia se souvient. Les slogans de 68 et des riffs planant des années 1970, une jeunesse un peu débridée mais joyeuse, des études d’architecture et une belle réussite professionnelle. Oui, mais tout cela ne saurait empêcher ce déchirement qu’elle vit en dedans, cette douleur de ne pas vivre dans la bonne peau, dans le bon sexe.


Ce que j'en ai pensé : 

Au risque de me répéter, je suis d'une nature très curieuse et il est rare que je rejette d'emblée une pensée, une situation, un fait. J'essaie de comprendre et d'analyser les faits. J'aime croire que je suis tolérante, ouverte d'esprit et sans trop d'idées toutes faites. 
J'ai abordé cette lecture sans aucune volonté de voyeurisme ou de curiosité malsaine. Là encore, j'ai voulu comprendre, apprendre. 
J'ai toujours pensé que certaines personnes étaient véritablement prisonnières de leurs enveloppes corporelles qui n'étaient pas forcément à leur image mentale. On se sent, on se ressent et cela peut prendre du temps car notre entourage, la société ne nous y aide pas forcément à y voir très clair. C'est donc un long parcours, le plus souvent douloureux. 
Etre soi-même, c'est une quête. 
Les cas comme Olivia sont plus marginaux, mais bien réels. On ne peut pas les ignorer ou les cataloguer comme des "malades". Ces personnes ne sont d'ailleurs pas "malades", mais mal dans leur peau. Il y a un détail qui cloche, mais qui pourrait tout changer. 

Ce livre est un témoignage qui veut briser une grande partie des idées stéréotypées sur les trans et je trouve cela fort bien. 
Le récit est humain avant tout car c'est bien un être humain qui le raconte, qui nous délivre ici son histoire personnelle avec beaucoup de simplicité, de véracité (sa vérité).
Olivia est née homme, c'est un fait. 
Elle vécut comme un homme la majorité de son existence, c'est un autre fait.
Cependant, il y avait un truc, un manque dans sa vie. Il a fallut le murir, le comprendre, l'apprivoiser et ensuite mener un combat pour en venir à bout. Wahou, ce n'était pas une mince affaire et il a fallut du courage pour aller jusqu'au bout. 

Cette lecture est aisée, le style est naturel.
On peut se mettre dans la peau d'Olivia si j'ose dire et vivre ses doutes, sa douleur… Je me suis impliquée dans ce texte presque sans m'en rendre compte et je trouve que l'on en ressort grandi car oui, Olivia est aussi parfois plus féministe que celles qui se veulent féministes et qui se battent pour des détails, mais toujours assez sur les véritables problèmes. 
Etre une femme n'est pas toujours une partie de plaisir alors le devenir, je ne vous que dis que cela… 


Et s'il fallait mettre une note : 15 / 20


0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !