mardi 12 février 2013

Le quadrille des Maudits de Guillaume Prévost



Le livre : 

Le quadrille des Maudits de guillaume Prévost aux éditions Nil, 372 pages, 20 € 00.


Pourquoi cette lecture : 

Guillaume Prévost est un auteur que j'affectionne tout particulièrement. 
Il est historien à la base comme moi et il est toujours professeur. Il écrit admirablement bien et tous ses romans sont extrêmement bien documentés. On peut ainsi se divertir et se cultiver en même temps ce que j'adore. 
Il est disponible et toujours à l'écoute de ses lecteurs. J'ai la chance de le rencontrer régulièrement au Salon du Livre de Paris. C'est toujours un grand plaisir de bavarder un moment avec lui, surtout qu'il se souvient bien des personnes qu'il a déjà rencontrer.
Bref, trouver son dernier roman dans les rayonnage de la médiathèque, cela signifiait juste pour moi de l'emprunter et de le dévorer. 


Le pitch : 

Les Maudits, le thriller à la mode, enflamme les cinémas parisiens : chaque nouvel épisode de ce feuilleton cinématographique (l'ancêtre de nos séries télévisées modernes, en somme), produit quasiment en temps réel, attire des foules de plus en plus nombreuses. Mais voilà qu'un assassin se met à confondre fiction et réalité : il poignarde des jeunes femmes en pleine séance - des blondes exclusivement -, imitant point par point les acteurs à l'écran, leur mode opératoire et les péripéties du scénario... 
Très vite, les soupçons des policiers se tournent vers le monde animé des studios de Vincennes, où l'usine à rêves ressemble de plus en plus à une fabrique de crimes en série. À la tête de l'enquête, le jeune inspecteur François-Claudius Simon comprend que s'il veut débusquer le tueur des salles obscures, il va devoir faire lui aussi un peu de cinéma...


Ce que j'en ai pensé : 

Je n'ai pas été déçue par ce nouveau roman signé Guillaume Prévost car comme toujours il a soigné même les infimes détails. 
Notez donc que presque tous les chapitres de ce livre sont intitulés avec celui d'un film (date et réalisateur cité pour notre culture).
Et puis, on est immédiatement dans l'histoire et on retrouve les personnages récurrents avec plaisir. Ce sont devenus des proches à force et là, on prend de leurs nouvelles même si elles ne sont pas toujours bonnes. La vie n'est pas un long fleuve tranquille ! 

Style limpide, mais rigueur du décors historique et du contexte global, je retrouve tout ce que me plait dans l'écriture de Guillaume Prévost.
Ce n'est pas la période de notre histoire que je maîtrise le plus et donc je comble ainsi un peu mes lacunes si importantes sans m'ennuyer un seul instant. 
Beaucoup d'attention est portée également sur les sentiments, les états d'âmes des hommes et des femmes que l'on rencontre dans ce récit. Sans être pesant, on sonde un peu les générations qui nous ont précédé avec humanité, sans jugement moral.

Mais, car oui, il y a un mais, j'ai trouvé l'intrigue un peu plus molle que d'ordinaire, avec des rebondissements un peu trop téléphonés et une construction globale moins fine. J'ai deviné les ficelles trop facilement.
C'est un peu dommage, mais comme l'enrobage est excellent, cela ne m'a pas trop gênée, mais je vais être encore plus exigeante pour le volet suivant des aventures de François-Claudius Simon. Vous m'avez habituée au nec plus ultra donc voilà… Je vous en toucherai sans doute deux mots lors du prochain salon du Livre de Paris si vous y êtes… 
Un petit bémol donc pour cette lecture, mais n'hésitez pas à vous lancer, vous ne devriez pas être déçu… 



Et s'il fallait mettre une note : 14 / 20 

0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !