lundi 11 février 2013

Atelier d'écriture n°4

Leiloona et son atelier d'écriture, c'est le lundi. 
Elle intitule cela : Une photo, quelques mots sur son blog que je vous invite à visiter également en passant par ce lien.



Les pixels du souvenir

Je suis seule dans ma chambre avec mon i-Pad posé sur mon oreiller alors que je suis moi-même allongée à plat ventre sur mon lit. Je regarde les photos de ma librairie et je m'enfonce de plus en plus dans le temps. Je suis même remontée jusqu'à ma naissance en 2003. C'est fou comme mes parents ont pu me mitrailler.
Je reviens lentement vers des époques moins lointaines et je tombe en arrêt sur un cliché, dont je n'ai aucun souvenir bien qu'il ne remonte qu'à trois ans en arrière, sans doute pris par ma mère avec son téléphone portable. La définition n'est pas aussi nette que sur d'autres photos, mais elle est mise en valeur par un travail d'encadrement vintage type polaroide.
Je donne la main à ma meilleure amie et nous avons des robes presque similaires : mêmes coupes, mêmes motifs, mais couleurs divergentes. D'ailleurs autant je suis brune que mon amie est blonde. Nos différences physiques nous amusaient car pour le reste, nous étions comme des jumelles. On pouvaient se comprendre sans ouvrir la bouche, rien qu'avec le regard. Nous étions vraiment inséparables comme nos mamans respectives d'ailleurs.
Trois ans déjà... C'était comme si c'était hier et pourtant tant de choses se sont passées depuis.
Des larmes coulent le long de mes joues alors qu'un sourire étire mes lèvres. Je ne t'ai jamais oublié Chloé, je te sens toujours près de moi, chaque jour sauf que je ne peux plus te toucher. Comme nous étions insouciantes alors et comme nous avions raison de l'être car à 7 ans, c'est normal ! J'ai 10 ans depuis le mois dernier et je me sens décalée avec les autres enfants de ma classe. Ils rient, ils jouent, se chamaillent, pleurent, mais leurs larmes me semblent bien futiles. Le plus souvent, c'est pour un bobo qui passera en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire alors que le trou que j'ai dans le coeur rien ne pourra jamais le combler.
Un chauffard t'a fauché à la fin de l'été 2010.

4 commentaires:

Mamido a dit…

Un bien triste épreuve pour cette petite fille. On voit dans sa gravité combien celle-ci l'a fait grandir trop vite et renoncer à la belle insouciance de la jeunesse. Dommage!

Emeralda a dit…

c'est vrai... J'avoue avoir penser à ma fille aînée qui est parfois très grave et qui a 10 ans... Et sans doute un peu à moi-même au même âge.

Gaëlle a dit…

Super point de vue. ça me fait penser à ma petite soeur, qui appelait ses amis d'enfance, ceux avec qui elle avait passé ses années de maternelle... alors qu'elle n'avait que 10 ans, comme ton héroïne. J'aime beaucoup !

Emeralda a dit…

Ma fille aînée fait de même que ta petite soeur !!! lol
Merci.

Rendez-vous sur Hellocoton !