jeudi 10 janvier 2013

Délivrance de Jussi Adler Olsen



Le livre : 

Délivrance de Jussi Adler Olsen aux éditions Albin Michel, 665 pages (sortie prévue le 3 janvier 2013 - 22€90).


Pourquoi cette lecture : 

Cette découverte est un partenariat avec la communauté "Entrée Livre", les librairies Decitre et les éditions Albin Michel.
Je ne connaissais absolument pas l'auteur, Jussi Adler Olsen, à travers ses livres, mais juste de réputation. Il a obtenu le Grand Prix des lectrices ELLE policier avec son premier roman issu de cette saga : "Miséricorde". Et sur la Toile, chaque fois ou presque que j'ai entendu parler de ses ouvrages, ce n'est que compliments et autres. 
Bref, j'avais bien envie de le découvrir à mon tour et même si je débute directement avec la troisième enquête du Département V, tant pis…


Le pitch : 

A Wick, aux confins de l’Ecosse, une bouteille en verre dépoli traine depuis des années sur le rebord d’une fenêtre du commissariat. A l’intérieur, une lettre que personne n’a remarquée. Et quand on l’ouvre enfin, personne ne se préoccupe non plus de savoir pourquoi les premiers mots, Au secours, sont écrits en lettres de sang et en danois… La lettre finit par arriver sur le bureau des affaires classées de Copenhague où l’inspecteur Carl Mørck croit à une mauvaise plaisanterie. 
Mais quand Carl et ses assistants, Assad et Rose, commencent à déchiffrer le message, ils réalisent qu’il a été écrit par un jeune garçon enlevé avec son frère dans les années 90. Cet SOS serait leur dernier signe de vie. Qui étaient-ils ? Pourquoi leur disparition n’a-t-elle jamais été signalée ? Sont-ils encore en vie ? Carl et Assad progressent lentement dans l’univers glacé et calculateur du kidnappeur pour découvrir que le monstre est encore en activité.


Ce que j'en ai pensé : 

Il n'est jamais évident de se plonger dans une série de romans policiers qui comptent déjà deux publications antérieures à sa lecture, mais cela n'a rien d'impossible non plus car les enquêtes, elles, sont indépendantes. Il faut juste prendre le train en marche en ce qui concerne la vie des protagonistes récurrents. C'est un peu comme se mettre à suivre une série télévisée en cours de diffusion. On patauge un peu au départ. On sent bien que l'on a raté quelques détails assez importants, mais de fil en aiguille, on en devine beaucoup et on finit par presque tout savoir surtout si l'auteur n'est pas avare de petites répétions que l'on devine ici ou là pour les "retardataires". Il donne des éléments pour ne pas perdre son public.
Avec "Délivrance", j'ai au moins eu le sentiment d'être tout de suite dans le bain du frisson. Le prologue vous plonge dedans sans plus de ménagement. Brrrrrr ! Après, pour ce qui est de comprendre les états d'âme de Carl et de ses assistants, de Mona, d'Hardy, de Morten et j'en oublie, j'ai pris un peu plus de temps, mais une fois que j'avais toutes les clefs en main, ce fut comme si je les avais toujours connus.

Jussi Adler Olsen possède une belle écriture et il sait ménager ses effets. Le suspens est bien entretenu et même le dénouement n'est pas trop attendu. Il en surprendra sans doute plus d'un. Pour ma part, j'avoue que je l'ai bien aimé, mais je n'ai pas complètement été prise au dépourvu. Ahhhh qu'il est pénible de reconnaître les ficelles parfois. 

C'est un livre qui vous fera néanmoins frissonner, trembler et vous tiendra en haleine. On alterne entre les lieux et les personnages. C'est très visuel et le rythme ne retombe jamais vraiment ou alors, c'est juste une courte pause avant un déchainement d'évènements qui vous fera tourner les pages sans plus attendre. On est dedans, on est aspiré.

La troisième enquête du Département V vient à peine d'être bouclée que je suis déjà partante pour la quatrième.


Et s'il fallait mettre une note : 15 / 20

0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !