lundi 26 janvier 2009

Duo en os troubles (saison 2) ----- "Bones" saison 2 - coffret DVD


Je me suis fait vraiment très plaisir avec la première saison de « Bones », aussi j’attendais la seconde avec impatience. Et heureusement pour moi, je n’ai pas eu à attendre car j’avais pu trouver les deux coffrets à un prix très attractif sur la toile.
Et oui, j’adore les série TV et leurs coffrets vidéo, mais pas au point de me ruiner quand même. Pas folle la guêpe.

Bon, ce n’est pas tout ça, mais on a 21 épisodes à visionner, pour la seconde saison de « Bones ».

*********************************

La petite présentation du coffret :

Il y a eu un peu de changement depuis la précédente saison et c’est en mieux.
Cette fois encore, nous avons bien six DVD, mais ils sont rangés deux par deux dans un boîtier slim. Le coffret est donc plus mince et les DVD sont plus accessibles, plus maniables et encore mieux protéger à mon sens.

La couleur noire choisie pour cette saison tranche un peu avec la version blanche de la première, mais j’aime bien ce côté Yin et Yang (des polarités opposées)...

********************************

Le contenu :

- 21 épisodes de 43 minutes chacun soit 6 DVD.
- Les bonus (détaillés un peu plus loin)
- Écran 16/9 ème
- Format 1,78
- Couleur
- Durée total : plus de 15 heures
- Pistes audio disponibles en Français et en Anglais (5.1 Dolby Digital)
- Sous-titrages en Français, Anglais et Néerlandais.
- L’accord parental est souhaitable pour visionner cette série car certaines images pourraient heurter la sensibilité des plus jeunes.

*******************************

L’intrigue :

Le docteur Tempérance Brennan, brillante anthropologue, possède le don de déchiffrer les indices laissés sur les os des victimes. Sa mission : aider le FBI sur des affaires criminelles trop complexes pour les méthodes classiques d’investigation.
Pour cela, elle fait équipe avec l’agent spécial Seeley Booth, ancien snipper de l’armée qui, lui se méfie de la science, des scientifiques et préfère suivre son intuition. Enfin au début…

Et puis durant cette seconde saison plutôt sulfureuse, l’on va voir apparaître une ancienne maîtresse de Booth. Voilà une redoutable adversaire et rivale pour Tempérance…

*******************************

Les bonus :

- Les meilleurs souvenirs de la saison 2 : Un excellent bonus où les acteurs nous font part de leurs bons souvenirs sur le tournage de cette seconde saison, mais attention, ce supplément n’est disponible que version originale, mais sans les sous-titres.

- Les effets spéciaux – l’illusion numérique des os : Un petit point technique sur les effets spéciaux que je juge très bons dans leur ensemble, mais j’émets un gros bémol pour tout ce qui touche les déplacements en voiture et la scène d’apesanteur dans un avion.

- Les scènes inédites avec les commentaires optionnels de Hart Hanson et Stephen Nathan (producteurs exécutifs) : Là encore, ce supplément est disponible uniquement en VO sans les sous-titres. Les personnes fâchées avec l’Anglais vont forcément y prendre bien peu de plaisir.

- Bêtisier : il vous est présenté par un magnifique squelette, mais toujours en VO. Heureusement que certaines crises de rire sont communicatives et universelles.

- Les commentaires audio de certains épisodes : Ce sont des bonus que j’apprécie particulièrement car en fonction du ou des commentateurs, on en apprend beaucoup sur la série. Cependant sans les sous-titres, les non-anglophones n’y prendront aucun plaisir.

- Des bandes-annonces de séries : Il est juste dommageable qu’elles se lancent à peine votre sixième dvd incéré dans le lecteur. Elles ne sont même pas en VF, mais uniquement en VOST. Bien peu d’efforts fournis sur ce plan-ci donc…

*********************************

Mon avis :

- « Le choc des Titans » :
Le lien avec la précédente saison est tout de suite évident car on retrouve Seeley Booth et le docteur Brennan dans un véhicule banalisé du FBI roulant à vive allure, sous une pluie battante, dans les rues de Washington, avec les sirènes qui hurlent à tue tête et leur sujet de conversation porte sur le père de Tempérance.
En revanche, l’enquête qu’ils vont devoir mener n’a rien avoir avec ce sujet plus personnel bien que du ressort du FBI. Enfin, des éléments d’ordre privé, il va y en avoir quand même puisque que c’est dans cet opus que nous allons faire la connaissance de Camille, l’ex petite amie de Seeley. Aïe, elle pique !
La tension monte et c’est ce qui fait le charme de cette série qui n’est donc pas uniquement scientifique, ni policière, mais avant tout humaine.

- « La place du père » :
La rivalité entre les jeunes femmes (Tempérance et Camille) est pour l’instant strictement professionnelle, mais à la vue de leur caractère respectif, il n’en faudrait guère plus pour mettre le feu aux poudres.
Tempérance et Camille ont toutefois plus d’un point commun car elles parlent souvent le même langage, celui de la science. Est-ce que cela sera suffisant ? J’ai envie de me fier au vieux dicton qui dit que « les contraires s’attirent ».
Booth est un homme, un individu qui en a vu plus qu’il n’en fallait au cours d’une vie, mais il reste indéniablement le plus sensible de tous. C’en est presque touchant, attendrissant. Les autres ne sont pas inhumains, juste un peu trop scientifiques dans leurs approches.
Le crime qui doit être résolu cette fois est particulièrement horrible d’ailleurs. Il s’agit d’une jeune femme enceinte avec un fœtus viable au moment du meurtre. Mon sang de mère n’a fait qu’un tour.

- « Roméo et Juliette » :
On n’est pas grand chose en ce bas monde, mais finir dans un camion poubelle, c’est quand même extrême, non ? Cet épisode nous propose une version très contemporaine de « Roméo et Juliette ».
Tempérance est un peu à cran car beaucoup de personne portent vite des jugements sur la jeune fille qui a disparu en même temps que la victime car elle était placée dans une famille d’accueil. Elle connaît bien trop le problème. Elle ne veut pourtant pas tirer de conclusions trop hâtives. Son expérience lui sera alors très utile.
Un opus qui nous offre l’opportunité de se dire qu’une idée toute faite n’est pas toujours la bonne, même si les statistiques, les chiffres sont majoritairement contre cela.

- « Tuer n’est pas jouer » :
Voilà un cadavre qui pourrait bien être l’une des victimes d’un tueur en série que Booth et Brennan ont aidé bien malgré eux. Cette fois, ils n’ont aucune envie de lui faire de cadeaux, même involontaires.
J’apprécie ce genre d’épisode qui permet de relier des faits antérieurs entre eux. Cela donne un crédit supplémentaire à une saga car comme dans la vraie vie, rien n’est jamais totalement isolé, sans liens avec le reste.
En parlant de cela, le regard de Seeley est parfois si noir que cela me fait penser invariablement à Angélus (voir la série « Angel » où David Boreanaz tenait le rôle principal). C’est très plaisant comme souvenir et cela me permet de faire le lien entre ces deux séries. Vous voyez tout est relié, même si cela peut être ténu.
Le petit détail qui change tout, c’est ça la clef !

- « Les femmes de sa vie » :
Booth n’est pas un enfant de cœur et ses conquêtes sont nombreuses, mais quelques fois, il « replonge » avec son ex petite amie, la mère de son enfant, Rebecca. Grrrr, je meurs d’envie de la tuer, est-ce normal ? Cependant, un petit conseil à David : enlève ces chaussettes que je ne saurais voir durant un gros câlin !
En revanche si vous avez une grosse nausée en voyant la victime du jour, c’est parfaitement normal !
Le comportement de Booth va quelque peu changer un peu ses relations avec Brennan, mais ils vont rester très professionnels. Et puis, le thème de la sexualité, de la polygamie vont être à l’honneur dans cet épisode. Tout se rejoint encore une fois. C’est bien pensé, c’est bien filmé.

- « Immunité » :
On approche encore une fois le monde de la drogue par le biais des cartels et cette rencontre est disons pour le moins explosive. Les tensions sont palpables car l’ambassade de Colombie est aussi au cœur de l’enquête.
Camille tente toujours de s’imposer par la force et cela se passe plus ou moins bien. Toutes les personnes qui travaillent pour l’institut Jefferson possèdent un fort caractère à sa manière et parfois, cela fait couac.
Cependant, l’équipe tourne quand même et la solution sera trouvée pour cette affaire, comme toujours ou presque.

- « Reine de beauté » :
La victime est une enfant donc c’est toujours plus délicat pour les enquêteurs, mais aussi pour nous spectateurs. Les réactions sont exacerbées.
Cette enfant avait été changé en poupée géante, en singe savant : claquettes, danse, fausses dents, cheveux décolorés, maquillage… Elle avait tout perdu ou presque des attributs de l’innocence et de l’enfance. Elle était entrée dans le monde des adultes, de la compétition. À tout juste 9 ans, est-ce bien raisonnable ? Et encore, ce n’était que pour des concours de beauté !
Les histoires d’amour fleurissent même dans l’univers aseptisé de l’institut, mais toutes ne prennent pas leur envol… Il faut pour cela une balançoire ou un repas thaï devant une pile de dossiers…
C’est un peu comme cette enfant qui est devenue une adulte trop tôt et qui ne verra pas ce que ce monde peut offrir.
J’avoue être perplexe sur les motivations de sa mère… Et sur la nature humaine en général.
Un opus qui prône plus ou moins le retour à l’insouciance enfantine. Je dois signer où ?

- « La chance du débutant » :
Non ce n’est pas un épisode des « Experts de Las Vegas », mais bien un de la saga « Bones » et avec le passé de l’agent Booth (gros joueur), cela va sans aucun doute déménager ! Mais avec deux morts pour le prix d’un, cela commence bien, non ?
On fera une petite descente aux enfers avec ces combats dits modernes, mais qui ne sont ni plus ni moins aussi barbares que ceux des arènes du cirque à Rome au tout début de notre ère. Ave Caesar, morituri te salutant ! Et, c’est vrai qu’il y a des morts…

- « Le fossoyeur » :
Brennan et Hodgins sont enterrés vivants : c’est le début plutôt horrifiant de l’épisode qui nous est proposé ce jour. Il faudra un flash-back pour nous apprendre comment cela a bien pu se produire et qui est le criminel hors norme que nos amis affrontent cette fois encore.
C’est une course contre la montre qui est engagée. Des instants de vérité qui nous ferons vibrer jusqu’au bout. Encore !

- « La sorcière sans tête » :
Vous croyez aux fantômes ? Le docteur Brennan non, mais il y a bien des choses à éclaircir dans cette affaire. Avec en prime une vidéo qui vous fait penser au projet « Blair Witch », c’est certain, cela glace le sang.
Heureusement ce n’est que du cinéma, enfin on veut le croire…
Encore un épisode bien conçu et surtout qui met l’accent sur la relation très étroite quelque peu ambiguë qui lie Booth et Brennan.

- « L’épouvantail » :
Une fois n’est pas coutume, l’épisode commence en nous dévoilant le processus qui mit la victime dans cet état, mais sans nous donner l’identité du meurtrier. Le mystère reste entier jusqu’au bout, même si toute cette affaire à un lien direct avec la famille du docteur de Brennan.
Une petite remarque en passant, je ne pensais pas que l’on pût soutenir un doctorat dans une tenue aussi négligée (voir Zack et son look « je sors de mon lit ou d’une soirée alors que je suis juste un intello de première qui ne fait pas grand cas de son apparence). Donc soit, la série manque de réalisme sur ce point-ci, soit ils sont vraiment peu pointilleux aux USA… C’est encore un détail, mais j’aime mettre le doigt là où cela peut faire mal… Un peu comme l’examinatrice qui ose enfin faire cette remarque. Ainsi je ne suis pas seule à être méchante.

- « Fin de la partie » :
Le tueur en série, qui a déjà utilisé Booth et Brennan pour échapper à la peine de mort une fois et qui aime les faire « jouer » à ses énigmes morbides : Howard Epps, va de nouveau entrer en piste.
Camille et Seeley sont toujours aussi proches, très proches, mais les rapports qu’entretient Booth avec le docteur Brennan sont eux-aussi ambigus au possible.
Le jeu du chat et de la souris va reprendre, mais qui va gagner la partie cette fois ?
Un épisode qui est tendu, mais c’est ce que l’on aime dans ce type de saga, non ? Alors ne boudons pas notre plaisir et profitons-en au maximum.

- « Les nerfs à vif » :
Le titre est très bien trouvé et vous comprendrez parfaitement ce que je veux dire en visionnant la première minute de l’épisode. Et dire que je me trouve un peu à cran ces derniers temps… Ce n’est rien comparé à Booth. Enfin en même temps, je ne suis pas armée et cela vaut mieux. Je ne suis pas aussi bonne au tir que l’est notre agent spécial.
Une affaire tout ce qu’il y a de plus sérieuse et qui possède tout ce qu’il faut pour rendre Booth complètement maboul.

- « Rien ne va plus » :
Il n’y a pas que Zack qui change de look dans la série, il y a Booth également, même si là, c’est beaucoup plus subtile comme des cravates et des chaussettes neutres, limites sinistres quand on a connu l’exubérance d’antan !! (petit souvenir de l’épisode de la saison 1 où les personnages se retrouvent confinés à l’institut Jefferson lors du réveillon de Noël).
Hodgins se rend suspect par son attitude, ainsi que par ses faits et gestes, mais en fait il y a une tout autre explication.
Cet épisode nous permet d’en apprendre un peu plus sur les personnages principaux. On le fait d’ordinaire par petite touche, mais là, c’est un peu plus complet.

- « Roman meurtrier » :
Tempérance est vraiment débordée entre sa nouvelle relation amoureuse, son dernier livre et les enquêtes, elle peut à peine respirer. Cependant l’horreur arrive dès que les cadavres qui sont découverts sont identiques à ceux qui sont relatés dans son thriller.
Booth est un peu tendu même s’il ne veut rien dire à cause de cette proximité (avec son ami et collègue du FBI) et cette histoire de triple homicide plutôt habillement montée.
Un petit clin d’œil amusant est à noter, c’est que lorsque l’on évoque l’héroïne du roman du docteur Brennan : elle se nomme Kathy Reich comme la véritable anthropologue judiciaire et auteur des ouvrages qui furent à l’origine de la saga. On inverse les rôles.

- « Histoire d’os » :
D’ordinaire, nos amis doivent travailler sur les fragments d’os ou mieux encore sur des squelettes entiers, mais là cette fois, il ne reste plus que la peau… C’est spécial, très spécial je dois avouer et j’ai sensiblement la même réaction qu’Angela ou Booth… Je dois donc être encore humaine, ouf !
Tempérance est un peu sur nuage et elle essaie de passer de véritables vacances avec l’agent Sullivan. Enfin, ce n’est pas gagné d’avance… Seeley ne l’avouera toujours pas, mais il est touché par cette relation qui s’installe dans la durée, les changements de comportement de sa partenaire… Cela met un peu plus de piquant dans leur relation qui est déjà complexe et pourtant si simple à la fois.

- « L’enfer pavé de bonnes intentions » :
Booth est susceptible car Brennan est toujours aussi prompte à balayer les explications religieuses. Il s’en sert même de prétexte pour évoquer la possibilité de ne plus travailler avec elle, mais il n’en fera rien. Je pense qu’il est blessé dans son orgueil, mais il devra poursuivre encore sa thérapie avant de trouver les causes réelles de certains de ses troubles. Il poussera même Tempérance à voir son thérapeute. Ah s’il ne forme pas un couple, on n’en est pas si loin quand on en arrive là !

- « Mon père, le criminel » :
Voilà un épisode où le passé de Tempérance est encore mis à jour et ce n’est vraiment pas facile à gérer.
Heureusement que Booth est toujours là, même si cette fois, il souffre dans sa chair (sa peur du dentiste lui vaut une belle rage de dent qui sera soulagée de manière simple, mais un peu brutale --- il sera même torturé).
Tempérance est également toujours là pour lui, son équipier. Ils sont unis comme les doigts de la main.
Limite, je suis jalouse…

- « Perdu dans l’espace » :
Étudier le cadavre d’un homme de 130 ans qui est tombé du ciel, ce n’est pas donné à tout le monde, ce n’est même pas rationnel, et pourtant… Les faits parlent, mais peut être faut-il mieux les écouter.
C’est un peu comme avec les êtres humains. Pour les comprendre, il faut les connaître et les écouter.
Un épisode qui flirte avec le paranormal et les extra-terrestres. Tout ceci est très « X-files » avec les complots, les implants, les vols spacieux… Alors que la vérité est si simple… Un petit bémol lors de la scène d’apesanteur dans l’avion. Les effets spéciaux sont particulièrement mauvais. Cela ne gêne pas l’intrigue, mais c’est juste incompréhensible dans une telle série.

- « La recette du bonheur » :
Les relations si particulière qu’entretiennent Booth et Brennan font sourire tout le monde, même les autres agents du FBI qui y voient là certainement plus qu’une simple coopération d’ordre professionnelle. Enfin à défaut d’un dîner aux chandelles, ils pourront toujours se quereller autour d’un squelette phosphorescent. Cependant, Booth papillonne un peu… C’est sans doute parce que toutes les femmes sentent qu’il serait un excellent reproducteur (dixit le Dr Brennan).
Un opus plein de saveurs et de couleur comme la cuisine de la victime.

- « Par amour » :
L’amour est dit-on le plus doux des penchants, mais ce sentiment peut tout autant vous consumer, vous dévorer. Il est également possible d’agir sans grand discernement ou sous le coup des émotions de l’instant.
En bref, l’amour vous donne des ailes, mais pas toujours le mode d’emploi qui va avec !
En prime, l’amour vous rend souvent gauche ou maladroit. On n’est pas toujours à son avantage, mais la vie n’aurait aucun sens sans l’amour.
Un opus qui pourra faire battre votre cœur et parce qu’on les aime nos personnages de « Bones », on sait d’avance que cela va être dur d’attendre la troisième saison avec un tel final au pied de l’autel pour Booth et Tempérance…


Note finale : 18 / 20

0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !