mardi 18 octobre 2011

Car ceci est mon sang de Nathalie Rheims






Le livre :

Car ceci est mon sang de Nathalie Rheims, chez Léo Scheer, 157 pages, 15 €.


Pourquoi ce livre ?

J'avais lu dans le passé un ouvrage de Nathalie Rheims et je l'avais apprécié. Son titre était : "Le cercle de Megiddo".
J'avais par la suite rencontré l'auteur lors du salon du livre de Paris et j'avais beaucoup aimé ce moment. Nous avions beaucoup échangé et étonnamment sur tout et rien tellement le dialogue s'était instauré de manière naturelle.
Ensuite, je n'ai suivi que d'assez loin le parcours de Nathalie Rheims car oui, je papillonne pas mal en matière littéraire. Il faut dire que les bons livres sont toujours plus nombreux et mon temps se réduit lui au contraire…
C'est en voyant la couverture de l'ouvrage disponible dans les rayonnages d'une des médiathèques que je fréquente que je me suis dit qu'il serait dommage de laisser passer cette occasion. Après tout, j'avais regardé ce même titre quelques jours auparavant dans une librairie et j'avais hésité. Là, je n'avais rien de plus à débourser.
Et voilà comment je me suis plongée dans la lecture de ces pages…


Le pitch :

Tout a commencé pour elle à Jérusalem, sur le Mont des Oliviers, par une révélation mystique en forme de coup de foudre amoureux.
Le désir de retrouver celui qui lui est apparu deviendra obsédant. Sa quête lui fera découvrir le monde des Cathares, qu'on pensait éradiqués par l'Inquisition. Ceux qu'elle rencontre défendent-ils ces croyances, cette foi dans la création du monde par Satan ? Celui qu'elle cherche est-il l'un d'eux ? Toutes les pistes convergent vers une abbaye où travaille un savant, spécialiste du cerveau, sur le point de faire une découverte qui peut changer le cours de l'histoire.
Le bien et le mal semblent avoir choisi ce lieu pour s'affronter. L'amour devra peut-être s'effacer devant cet ultime combat. A moins qu'il n'en détienne la clef.


Ce que j'en ai pensé :

Comme je vous le disais plus haut, je n'ai lu qu'un seul autre roman de Nathalie Rheims que j'ai eu la chance de rencontrer lors d'une édition du salon du livre de Paris et il s'agissait de : "Le cercle de Megiddo". Cela m'avait plus, mais j'avais été un peu surprise. Avec ce nouveau titre emprunté en médiathèque allait-il en être autrement ? L'auteur est un personnage tout autant que ceux qu'elle nous décrit sur papier. Un savant mélange conscient et inconscient qu'une forte personnalité nous délivre parfois un peu brutalement.
Nathalie Rheims peut intimider, mais il faut vite dépasser ses craintes car elle est très douce et accessible en fait. Elle a une allure un peu rock et pourtant elle possède un côté très classique.

Déjà le titre et la couverture de "Car ceci est mon sang"sont à la fois traditionnelles et provocatrices. Cette opposition est assez similaire aux sentiments que j'avais éprouvé lors de ma découverte de cet auteur. Cela commence bien.

Une écriture en alternance, un personnage puis l'autre, voilà qui rythme bien notre lecture.
De même, l'emploi de courts paragraphes et le découpage du texte en petits fragments qui se croisent, se décroisent, se mélangent ou non, un mixe des genres, des situations font que l'on maintien un niveau d'attention plus que correcte. On ne s'ennuie pas, on se laisse porter par les mots et les images qui s'impriment devant nos yeux.

Deux visions, deux parcours, parfois un peu plus, qui vont eux-aussi se croiser.
On apprend à la fois peu de choses et beaucoup. On ne sait pas vraiment où cela nous mène. Tout semble disparate, sans autre lien que la religion parfois. On est dans le flou artistique, oserai-je dire, dans tous les sens du terme ? Possible. L'auteur dégage une impression étrange, ses écrits sont imprégnés de cette même essence.
L'ensemble est un peu tiré par les cheveux. Je veux dire par là que certaines ficelles peuvent paraitre un peu grosses quant à l'enchainement des événements. Reste que l'on lit cet ouvrage en attendant je ne sais quoi. Du flou, mais pas désagréable.
Au moins, nous ne sommes pas noyés dans d'interminables descriptions, on est dans le cliché, mais cette fois dans un sens positif, c'est-à-dire dans l'instantané. Les personnages (l'auteur) nous livrent leurs impressions comme cela, sans plus de fioritures. C'est un peu brut, mais là encore pas déplaisant.

La couverture est belle, esthétique et représente un pan entier de ce livre. Ce n'est pas toujours le cas de nos jours, hélas. C'est un plus pour l'objet livre.
Comme en plus je sais que cette belle illustration a été inspirée en partie par le travail de Mylène Farmer et son équipe que j'adore, je comprends mieux pourquoi j'aime cette couverture. Elle me parle, elle m'attire.

Il y a du mystère dans ce roman. Il plane, il est diffus, mais on le ressent. Pour un peu, on voudrait pouvoir en parler, mais les mots ne viennent pas. Nous sommes assez proches de ce que la jeune femme de cette intrigue perçoit. Elle essaie de faire la lumière en elle avec les derniers événements qui ont chamboulé sa vie, cependant ce n'est guère évidemment, la vérité semble toujours vouloir de dérober.

Il nous arrive de faire des bonds dans le passé.
Ainsi les lieux, les personnes, les époques se mélangent. Il faut suivre, mais tout est bien indiqué, je vous rassure. Je ne me suis jamais perdue durant ma lecture.
Un peu de sciences, un peu d'histoire, un peu de psychologie et hop voilà un roman qui pourrait faire penser aux intrigues à la Dan Brown, mais qui reste court car son auteur écrit surtout avec ses sentiments du moment et pas comme un auteur américain qui suit lui des schémas très précis. Cela donne un ton assez particulier à ces livres, une espèce d'immédiateté.
Toutefois, ce récit est érudit. Nathalie Rheims maîtrise son sujet. Ce n'est pas la première fois qu'elle aborde de tels thèmes. Déjà dans "le cercle de Megiddo", il était question de religion, de sacré etc.

Dans l'ensemble, j'ai apprécié cette lecture, elle était courte, je n'ai guère eu le temps de m'ennuyer, mais il n'aurait pas fallut qu'elle fusse plus longue non plus.
Un bon roman, mais essayez d'attendre sa sortie en poche ou trouvez-le en bibliothèque ou d'occasion car il n'est pas inoubliable non plus.



Et s'il fallait mettre une note : 13 / 20



Bonus :

Le lien vers le site officiel de l'auteur, Nathalie Rheims : http://www.nathalierheims.net/

Une petite vidéo d'interview de Nathalie Rheims qui vous parle de ce roman : http://www.youtube.com/watch?v=f5-EvVkHZ54

La vidéo de Mylène Farmer "Point de suture" : http://vimeo.com/13092453
Cela vous donnera une petite explication sur le pourquoi et le comment de la couverture du livre, mais aussi ce qui a un peu inspiré Nathalie Rheims pour son roman.

0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !