mercredi 14 avril 2010

Menace fantôme --- L'invisible de Stella Rimington

Cela pourrait presque débuter comme un épisode de "mission impossible", mais la réalité dépasse parfois la fiction. On reste dans le roman, cependant on sent très vite le vécu de
l'auteur, son expérience, sa maîtrise du sujet. On frôle le document, mais "l'invisible" de Stella Rimington devrait vous faire frissonner, vous captiver comme un excellent opus du genre.

****************

L'auteur :

Née en 1935 dans la banlieue sud de Londres, Stella Rimington est une dame de fer. Elle a commencé en bas de l’échelle, du temps où, au Foreign Office, les femmes étaient au mieux secrétaires, pour finir à la tête du MI5 qu’elle a dirigé pendant cinq ans. Elle vit à Londres, où elle termine son troisième roman.

****************

L'intrigue : (quatrième de couverture)

Selon le jargon de la CIA, le terme «invisible» désigne un terroriste qui a la nationalité et l’ethnie du pays choisi pour cible.
Liz Carlyle, de la section antiterroriste du MI5, apprend que la Grande-Bretagne va être infiltrée par un «invisible».
Dans le même temps, un jeune indic pakistanais lui signale des mouvements suspects dans une librairie islamiste fondamentaliste de Londres.
La menace existe assurément, mais Liz ignore le lieu, la date et la nature de l’attentat…

***************

Ce que j'en pense :

Cela débute dans le métro. Un lieu où l’on est vu par tout le monde et en même temps si invisible car c'est bondé et impersonnel. Personne ne fait vraiment attention à vous. Vous êtes parmi tant d'autres. On peut s'isoler mentalement à défaut de le pouvoir le faire physiquement. On se perd dans nos pensées, on s'évade à notre manière et le reste s'efface au moins un instant. Puis la réalité revient au galop, nous rattrape, nous dépasse même.
Une ambiance qui est bien rendue dès les premières lignes grâce a l'auteur qui sait de quoi elle parle. Enfin, on y croit.
Et il en sera ainsi jusqu’au bout…

Changement de décor et d'ambiance assez radicale ensuite, mais on se sent aussi à l'aise que Liz car la prose de Stella Rimington est précise, presque chirurgicale, mais tonique, vivante et avec quelques petites pointes de sarcasmes qui rendent son personnage attachant.

Il faut s'enlever de la tête une chose : on n'est absolument pas dans un James Bond. Pas d'agent 007 en vu ou presque. Les copies sont pâles, mais plus réalistes ou plus pathétiques.
Les situations sont complexes, graves, mais on reste dans des sphères humaines très terre à terre. C'est plaisant car on n'est donc pas en présence de surhommes. Justes des hommes et des femmes avec leur histoire, leurs soucis, leurs contraintes.
On comprend mieux ce qui peut pousser ces derniers à agir. Cela ne rend pas leur combat plus noble, moins sanglant, mais plus intelligible. La réalité dépasse souvent de loin la fiction et ce roman est plus véridique que ce que l’on trouve dans nos journaux, j’en reste persuadée.
C’est sombre, mais juste ce qu’il faut. On n’en a pas rajouté, tous les éléments étaient déjà présents. Et même si l’histoire est presque courue d’avance, peu importe, on va jusqu’au bout. C’est la vie, c’est notre société, c’est ainsi que va l’humanité d’aujourd’hui…

Les chapitres sont en général assez courts. J'aime assez car on peut ainsi aisément fractionner sa lecture. On lit un petit chapitre et hop, on retourne à nos missions moins glorieuses, mais toutes aussi indispensables au quotidien.

Voilà donc un bon titre à lire le soir, dans le métro, sur les bords de pistes de ski ou bientôt sur la plage.

Ma note finale : 16/20.

Merci à Livraddict et aux éditions Le Livre de Poche pour ce thriller si réel, passionnant et surprenant.

1 commentaires:

El Jc a dit…

Si Liz et l'équipe du MI5 ont trouvé grâce à tes yeux guette donc les prochaines sorties en poche, l'auteur ayant donné à ce jour quatre suite à ce premier roman.

Rendez-vous sur Hellocoton !