vendredi 26 janvier 2018

Salutem de Vincent Robert



Le livre :

Salutem de Vincent Robert aux éditions Librinova, 540 pages, 19€90 ou 1€49 suivant le format choisit.
Disponible en version ebook ou papier.
Publié le 6 juin 2017.


Pourquoi cette lecture :

Il s'agit d'un partenariat avec les éditions Librinova.



Le pitch :

Le germe de la réponse se niche toujours au cœur de la question. Quel est donc cet ouvrage anonyme, bien réel et tant controversé ? Que peuvent bien contenir ses pages enluminées qui défraient la chronique depuis le 15ème siècle ? En toute bonne foi, nul ne le sait ! Hormis l'encre et la salive qu'il fait couler, ce manuscrit écrit sur parchemin demeure une énigme, un mystère ! Pour dissiper les brumes ? Un seul recours ! Un jeune Curé atypique, expert en extrême-onction, véritable virtuose des derniers Sacrements, grand mécène pourvoyeur en âmes fraîches, docteur ès sciences en châtaignes variées et fin connaisseur en requiem pour les gisants, ouvrant sous l'égide d'un Pape peu orthodoxe et d'un Cardinal encore plus étrange. D'aucuns diraient ? Pas très catholique ? Un faible lumignon fiché dans sa main d'ancien mercenaire ayant reçu l'illumination, le Prêtre se lance sur les traces d'une organisation séculaire dont les membres se sont juré la perte du genre Humain. Le chef, le gourou de cette cohorte de démons n'est autre que le fils d'un célèbre alchimiste dont le nom à lui seul évoque encore le soufre et l'alambic. Au fil de son enquête mouvementée, le Père Jonas Gabriel pourra compter sur l'aide indéfectible de Sœur Angélina ; religieuse au passé tumultueux nantie d'une rare beauté, ainsi que sur deux agents du Mossad venus leur prêter main forte pour démêler l'écheveau. A croire qu'il existe des domaines, des circonstances, où l'ignorant est plus sage que l'érudit ?



Ce que j'en pense :

Vincent Robert met en garde ses lecteurs avant de les lâcher dans le vif du sujet et rien que cette petite aparté m'a bien plu. Disons qu'il y a les formules consacrées et puis le franc parlé d'un auteur qui livre son travail, qui espère que son lectorat passera un bon moment avant toute autre chose et que les jamais contents / pinailleurs passent outre. Il a bien raison car la fiction peut certes faire passer des messages importants, mais aussi détendre, nous faire vivre des aventures plus palpitantes que le métro, boulot, dodo.

Avec la belle brochette de protagonistes que nous offre l’auteur, on a de quoi faire. On pourrait même dire que l’on en a des bien gratinés. J’ai trouvé qu’il y avait un petit côté « Les tontons flingueurs » dans l’humour. Même quand on est dans un instant sérieux, il y en a toujours un ou une pour lancer ou penser une connerie. Et si ce n’est pas un humain, qu’importe ! Même la race canine ne s’en laisse pas compter pour si peu.
Les références à la culture dite populaire sont nombreuses et renforcent l’aspect potache.
A noter également, le côté Jason Bourne, James Bond, du récit. On sauve le monde, mais on n’en reste pas moins humain. Enfin on essaie.

L’Eglise s’est beaucoup modernisée ces dernières années, mais je doute que l’on croise de sitôt des prêtres, des cardinaux ou des religieuses aussi spéciaux que ceux présents dans « Salutem » … Dommage dans un sens, on les aimerait encore plus. Casser les codes pour mieux les reconstruire, c’est jouissif. Le lecteur ne s’ennuie pas.

Quelques belles références culturelles plus pointues montrent si besoin en était que Vincent Robert n’est pas qu’un auteur, mais aussi un lecteur pour ses sources. L’imagination bien documentée est décuplée.

Mon seul bémol serait que le roman aurait peut-être gagné à être un poil plus condensé. Il y a quelques redites, petites longueurs… Rien de vraiment rébarbatif, juste que nos héros sont d’une efficacité telle que dès que l’auteur se relâche une demie seconde, c’est de trop, mais qu’il ne se décourage pas, c’est en forgeant qu’on devient forgeron, on ne peut que devenir meilleur avec toujours plus de rigueur et de travail. N’oublions pas qu’il est très difficile d’écrire facile (dixit Jean d’Ormesson).




Et s'il fallait mettre une note : 14 / 20



0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !