jeudi 15 septembre 2011

Allmen et les libellules de Martin Suter



Le livre :

Allmen et les libellules de Martin Suter, aux Editions Christian Bourgois, 167 pages, 17 €.


Le pitch :

Johann Friedrich von Allmen, élégant gentleman d’une quarantaine d’années, est issu d’une très riche famille suisse.
Bel homme, raffiné, séducteur et collectionneur d’art, il a dilapidé avec imprudence les millions dont il avait hérité de son père. Au début du roman, il habite encore dans le somptueux immeuble qui appartenait à sa famille mais n’y est plus que le locataire de l’entreprise à laquelle il a été vendu. Dilettante et relativement désoeuvré, il s’est attaché les services d’un majordome guatémaltèque, Carlos, qui l’appelle Sir John et lui parle dans un espagnol du plus basique (ce qui produit des dialogues particulièrement désopilants).
En plus des dettes, il s’est attiré les rancoeurs de nombreuses personnes du fait de sa fâcheuse tendance à dérober, avec la plus grande habileté, les oeuvres d’art de ses fréquentations. Sa situation financière s’étant détériorée à l’extrême, Allmen a dû vendre toutes les pièces précieuses qu’il avait acquises au receleur dont il était auparavant le principal client. Il s’est ensuite retiré dans une modeste maison de campagne en compagnie de Carlos.
La chance semble tourner lorsqu’il rencontre Jojo, une belle femme dans la fleur de l’âge. Après une nuit d’amour passionné, il découvre dans la magnifique demeure où elle l’avait entraîné, cinq coupes art déco à motif de libellules, chacune valant une petite fortune, chacune porteuse d’un secret. Il décide de s’en emparer sur le champ. Mais l’opération va prendre quelque temps car, comme pour ses précédents forfaits, Allmen multiplie ruses et précautions, pour le plus grand plaisir du lecteur qui suit ces rebondissements et péripéties particulièrement cocasses.


Ce que j'en ai pensé :

C'est un roman que j'avais vu présenté dans mon émission littéraire fétiche, "La grande librairie", sur France5. L'auteur est très connu sauf que pour ma part, hormis son nom et sa réputation, il reste un parfait inconnu. Avec "Allmen et les libellules", j'ai en outre l'occasion de démarrer sur une saga complète (ceci étant le premier volume, il sera publié ultérieurement d'autres aventures de Johann Friedrich von Allmen) . J'aime bien commencer par le début et poursuivre dans l'ordre. Cela parait bête, mais c'est ainsi. Je suis du genre un peu maniaque… Même pour lire.

Allmen est un personnage que je me suis plu à imaginer comme un Dandy très élégant avec une certaine désinvolture naturelle qui renforce son charme.
Il parle un grand nombre de langues étrangères, mène la grande vie (il ne travaille pas, il est rentier) et passe ses journées à observer le monde, à lire, à faire la sieste etc (on dirait un chat, non ?!).  Reste que l'argent hérité de son père lui a filé entre les doigts plus vite que du sable fin. Il est criblé de dettes. C'est un problème qui devient de plus en plus important pour ne pas dire plus. Et puis, il y va de son honneur tout de même. On ne badine pas avec !!!! Il a une image à sauvegarder, une réputation.

Allmen possède sa solution : le vol.
Attention, rien de violent, on reste dans la courtoisie, la distinction, bref, c'est un parfait gentleman cambrioleur. Une sorte d'Arsène Lupin des temps modernes. J'aime beaucoup, cela confère un côté romantique au larcin. On a beau être un voleur, on peut néanmoins garder un certain code de l'honneur et une certaine classe.  On reste dans l'univers du luxe.

Allmen est un peu hors du temps.
J'ai eu l'impression de me retrouver a plusieurs époques différentes avec lui, mais rarement de nos jours et pourtant. Il possède des manières révolues ou trop peu usitées (dommage parfois). Allmen est intemporel et mène une existence hors de notre courbe temporelle. Il y a une ambiance rétro agréable et séduisante dans ce récit.

Le suspens n'est pas toujours à son comble dans ce roman. Vous ne tremblerez pas de la tête aux pieds. Vous aurez peut être quelques frissons légers, mais vos sentiments resteront modérés. Allmen n'est pas un héros qui bouscule tout sur son passage. Pour autant, on ne s'ennuie pas. On tourne les pages avec plaisir, douceur et même une certaine lenteur. On est happé hors du temps nous aussi et cela fait du bien. On prend son temps, on suit Allmen à son rythme.

Martin Suter possède indéniablement une fort belle plume. Sans grandes actions spectaculaires, sans réelle intrigue mystérieuse de fond, il parvient à faire de son roman un bouquin qu'on ne lâche pas. On est pris dans un engrenage qu'on ne souhaite pas quitter. C'est surprenant et plaisant. Comme le format n'est pas très long, cela passe à merveille. On ne se lasse pas.

A découvrir, vraiment.


Et s'il fallait mettre une note : 15 / 20



Bonus :

Le lien vers la fiche de Martin Suter dans Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_Suter

0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !