vendredi 18 décembre 2009

Si on parle de testament, c'est qu'il y a un héritage ? ----- "Le testament des siècles" d'Henri Loevenbruck

Les romans de styles ésotériques ont le vent en poupe depuis quelques années. En fait depuis l’immense succès du « Da Vinci Code ». Ils ont toujours existé, mais ont renoué avec les ventes grâce à ce phénomène. Je ne vais pas m’en plaindre, je ne boude pas mon plaisir même s’il est parfois de bon ton d’émettre des réserves qu’à cette mode (qui perdure toutefois).
Les ventes dans ce registre littéraire ne doivent pas être trop mauvaises si l’on s’en réfert aux nombres de titres sortis chaque année.

Il est clair que tous ne se valent pas et pour un bon cru, on en dénombre souvent une bonne dizaine de moyennement bons, mais qu’importe pourvu qu’on est l’ivresse, l’aventure, les frissons d’angoisse, les mystères et le suspens.
On lit pour le plaisir et c’est dans cette optique que j’ai débuté la lecture de ce livre d’Henri Loevenbruck, « Le testament des siècles ».

************************************

L’auteur :

Il a son propre site sur la toile.
Une vraie mine d’information pour qui cherche à en savoir un peu plus sur cet auteur français qui s’est taillé une part du lion sur le marché international des livres, plusieurs genres confondus. (Thriller et Fantasy)

Voici l’URL : http://www.henriloevenbruck.com

Je vous laisse y aller pour découvrir ou redécouvrir l’homme, l’écrivain.

************************************

L’intrigue :

Un jeune scénariste et une séduisante journaliste tentent de percer le mystère de la « pierre de Iorden », la clé du dernier message du Christ.
Meurtres, sociétés secrètes, sombres complots et énigmes historiques sur la piste des francs-maçons, des Templiers, de Léonard de Vinci ou de Napoléon…

Cet incontournable best-seller remarquablement bien écrit (et publié pour la première fois avant la déferlante du Da Vinci Code!) impose ce jeune auteur déjà virtuose dans la Fantasy comme un des maîtres d’un thriller ésotérique français qui n’a rien à envier à ses équivalents américains.
Au contraire....

************************************

Ce que j’en pense :

Si la grande Histoire est souvent plus qu’intime avec la petite (histoire), elles ne font pas toujours bon ménage. Il faut pour cimenter cette union parfois tout le talent narratif des bons conteurs, des écrivains qui savent nous mener par le bout du nez pour que nous nous sentions happés par leurs intrigues.
Henri Loevenbruck n’en est pas à son premier coup d’essai, même si ce titre date déjà de 2005. Il a bien tout d’un grand maître des thrillers, de la Fantasy et de l’ésotérisme romanesque. Il connaît les bonnes ficelles, même celles que l’on devine à force de lire des ouvrages qui traitent plus ou moins du même sujet. On se laisse prendre car c’est bien amené, on ne s’ennuie pas. On est captivé quoiqu’il en coûte.

On sent ce qui va arriver, mais on veut être surpris. Il y parvient parfois, c’est un régal.
Et même quand il n’y arrive pas, on reste indulgent car il y a peu de temps morts, peu d’instants où l’on peut souffler. C’est comme pour les protagonistes, ils courent tout le temps. Le découpage même du texte amplifie cette sensation. Pour un peu, on en serait essouffler.

L’auteur prend le temps de bien nous expliquer le cheminement logique lié à la résolution de l’énigme proposée. Cela en devient limpide. On se demande même comment démêler le vrai du faux, où est la vérité dans tout ceci.
Heureusement que nous ne sommes pas naïve à ce point.

Un vrai coup de cœur de ce début d’hiver que j’avais de la peine à lâcher même pour quelques minutes.
Des personnages tourmentés ou au contraire bien installés dans leur petite vie, le tout se mêle avec le plus grand naturel. Tout coule de source, c’est certain et cela révèle le talent de l’auteur car il n’est pas si évident que cela de faire plonger les lecteurs dans cet univers réel et pourtant fictif.

C’est le second ouvrage que je lis d’Henri Loevenbruck, un second thriller et j’avoue que ce ne sera pas le dernier. Il maîtrise le genre et sa plume sait bien me faire vibrer.
Je replonge dans le bain de l’aventure quand il veut !

Ma note finale : 17 / 20

3 commentaires:

Henri a dit…

merci :-)

Pauline a dit…

Je vais noter ça de suite!
Je viens de me procurer The sacred blood de Michael Byrnes, dans la même veine.

baba a dit…

Il est dans la PAL, ta critique m'a donné envie de le lire ! merci

Rendez-vous sur Hellocoton !