mardi 16 avril 2013

La dame de pique d'Alexandre Poutchkine



Le livre : 

La dame de pique  d'Alexandre Pouchkine aux édition Babel, 59 pages, 5 € 60.


Pourquoi cette lecture : 

Un hasard complet au détour d'un rayon dans la médiathèque et une envie de lire un texte court d'un autre très connu que je ne connaissais pas jusqu'alors. 


Le pitch : 

En 1833, Alexandre Pouchkine (1799-1837), poète déjà célèbre entre tous en Russie, se souvient de l’histoire d’une vieille comtesse, Natalia Pétrovna Golitsina, qui passait pour détenir le secret de toujours gagner aux cartes. Ce secret, elle avait même refusé de le partager avec son petit-fils. Pouchkine, joueur lui-même, donne avec la sobriété, la force et l’élégance d’un de ses poèmes, la nouvelle fantastique la plus célèbre de la littérature russe.


Ce que j'en ai pensé :

Lire un classique, cela fait du bien de temps en temps. On retrouve les belles lettres, le style compassé des auteurs d'alors, les ambiances plus lourdes, chargées de ce charme aujourd'hui désuet, mais qui nous fait encore vibrer… Bref, on plonge dans un univers totalement différent de la littérature actuelle. Ces incartades sont sans doute trop rares pour ma part, mais je l'avoue, je ne suis pas une férue des classiques. A petite dose, je trouve cela très agréable et salvateur, mais plus, non merci.
Le format de La dame de pique ne pouvait donc que me convenir : une nouvelle.

Comme souvent dans ce type de récit, les apparences sont trompeuses. 
Les ficelles peuvent nous paraitre un peu grosses à nous les lecteurs modernes habitués à des intrigues tordues et sordides, mais ce serait trop vite oublier le style et la qualité d'écriture de l'auteur.
J'y ai retrouvé de manière condensée beaucoup de détails étudiés en classe de Français au lycée en ce qui concerne la littérature Russe.  Je ne m'y suis pas noyée, ni perdue, c'est bien trop limpide et attachant.

Une nouvelle qui se lit sans peine et qui vous fera passer un agréable moment. 


Et s'il fallait mettre une note : 14 / 20 

0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !