jeudi 22 novembre 2012

Une place à prendre de J. K. Rowling



Le livre :

Une place à prendre de J.K. Rowling, aux éditions Grasset, 680 pages, 24 €.


Pourquoi cette lecture : 

Je n'ai jamais lu un livre de J. K. Rowling. Eh oui, je n'ai jamais lu les tomes des aventures du sorcier le plus célèbre au monde : Harry Potter. Cela se fera certainement aussi un jour…
En attendant, quand j'ai su que l'auteur se dirigeait vers l'écriture pour adulte, je me suis dis que c'était sans doute l'occasion de plonger à la découverte de son style. 


Le pitch : 

Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre... Comédie de moeurs, tragédie teintée d'humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adultes révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige.


Ce que j'en ai pensé

Je n'ai aucun point de comparaison avec ce que J. K Rowling aura bien pu écrire dans le passé et même si cela peut paraitre assez fou pour une blogueuse littéraire qui lit plus d'une centaine de titres par an : totale découverte donc de l'écriture et du style de J. K Rowling.
Cela tombe plutôt bien car c'est aussi son premier roman qui vise un public adulte. Il est intéressant donc de ne pas trop penser à ce qui a été fait auparavant pour un tout autre public pour "juger" cet ouvrage qui bénéficie d'un plan marketing très bien réglé et d'une couverture très flashy, mais assez hideuse à mon sens.

Pour en revenir plus précisément au récit qui nous est proposé dans "Une place à prendre", on ne peut pas dire qu'il n'y ait pas foule. Les personnages foisonnent à un tel point que je m'y suis perdue plus d'une fois. Bien que cela soit assez habituel pour moi au début d'une lecture (le temps que je me familiarise avec les protagonistes), il est très désagréable de constater que le sentiment d'être perdue perdure au-delà de quelques chapitres. 
C'est bien simple, pendant longtemps, je n'étais certaine de l'identité que d'une seule et unique personne, le pauvre Barry, qui laisse donc une place vacante bien contre son grè et pour cause, c'est lui le mort. 

L'ambiance petite communauté est en revanche assez bien rendue, elle est détestable enfin pour ce que j'ai pu ressentir. 
La joie des commérages, les tensions entre chacun, les sourires par devant et les cancans par derrière, les fanfaronnantes, tout est bien là. Pour qui a déjà vécu dans une petite commune (de France ou d'ailleurs), c'est du familier que tout ceci, mais encore fallait-il parvenir à le retranscrire. Mention très bien pour J. K Rowling sur ce point. 

Le style est très fluide, mais n'est pas si remarquable que cela. Je ne m'attendais à rien de précis et c'est sans amertume que je fais cette remarque. C'est un ouvrage qui reste donc très accessible, grand public et encore une fois cela n'a rien de péjoratif.

Après, je ne peux pas dire que j'ai été prise par un suspens insoutenable. Dans l'ensemble, cela reste assez convenu. Je dirai que malheureusement .J. K. Rowling ne peut pas changer les clivages qui existent entre les riches et les pauvres, les parents et les enfants ou adolescents, les hommes et les femmes, Le village de Pagford et Yarvil...
On est bien loin de la magie, on est dans l'ordinaire, le sinistre quotidien de tant de gens (partout dans le monde). Je ne suis pas complètement rentrée dans cet univers que je vis plus ou moins chaque jour (je suis du côté des nantis, mais je n'ai pas d'oeillères et la misère ne m'est pas étrangère). Je n'ai rien appris de fondamental encore une fois. De plus, la pauvreté peut prendre bien des formes. Elle se cache parfois là où on ne l'attend pas du tout. Dans "Une place à prendre", c'est beaucoup de clichés, réels certes, mais qui ne surprennent pas. Ils n'en restent pas moins terribles et méritent d'être une nouvelle fois dévoilés à la face du monde. Si au moins cela pouvait faire avancer les choses…

Une lecture sur la société anglaise qui n'est pas toujours tirée à quatre épingle, qui doit elle aussi balayer devant sa porte et qui a bien du travail pour que tous aient une certaine égalité des chances. 
Un roman tout à fait correct, qui se lit assez bien et que sa taille ne doit pas rebuter. 


Et s'il fallait mettre une note : 13 / 20

2 commentaires:

cacahuète a dit…

Je l'ai enfin terminé hier également..... tu résumes bien l'ambiance du livre.... j'ai moyennement aimé.....

Emeralda a dit…

Cela me rassure de ne pas être passée à côté du livre ou plutôt que je ne sois pas la seule à avoir été non pas déçue, mais pas emballée plus que cela.
La rencontre avec ce livre ne s'est faite que partiellement, dommage.

Rendez-vous sur Hellocoton !