lundi 22 avril 2019

Hysteria Lane d’Alex Carter



Le livre :

Hysteria Lane d’Alex Carter aux éditions Belfond, 557 pages, 17 € 00.
Publié le 12 octobre 2017



Pourquoi cette lecture :

Une envie de légèreté.


Le pitch :

Laure dirige une société de relations publiques dans le cinéma à Hollywood. Quand son boy-friend part travailler en France et que sa meilleure amie (et associée) s'en va assister au tournage du film réalisé par son fiancé, Laure se pose des questions sur le sens de sa vie. Et lorsqu'elle rencontre un acteur canadien d'une grande beauté qui n'a pas encore percé, elle réalise que son destin est de produire une série. 
Mais quelles sont ses motivations réelles : le séduire, lui procurer le rôle dont il a besoin pour se faire connaître ? Ou bien est-ce une véritable vocation ? Elle va découvrir que, derrière les paillettes, Hollywood est un monde impitoyable pour une jeune femme à l'expérience limitée. Heureusement, Laure ne manque ni de charisme ni de relations pour se sortir des pires situations...



Ce que j’en pense :

Ce n’est pas mon premier roman signé Alex Carter qui passe entre mes mains puisque j’ai pu lire la trilogie « Movie star » qui m’avait ravie par sa fraicheur. Certes, je lis peu de ce genre littéraire assez léger, mais cela me permet justement d’apprécier les qualités de ces rares titres lus.
Ce spin off va se concentrer sur la meilleure amie d’Ophélie que nous avions particulièrement suivi dans « Movie Star » : Laure, l’intrépide que rien ou presque n’effrayait. C’était indéniablement la plus borderline des deux jeunes femmes. Ses aventures personnelles le seront-elles tout autant ? C’est ce que j’ai souhaité avant de me lancer dans les pages du livre.

Bingo ! Laure est complètement excessive. Rien qu’imaginer certaines situations décrites, on frise la crise de rire tellement c’est « too much » ! Elle est pire qu’une enfant capricieuse. Nous en tant que lectrice, on aimerait bien, de temps en temps, lui remettre certaines pendules à l’heure tant elle exagère, mais ce serait moins drôle si elle devenait sage et raisonnable. Elle est un trublion quasiment incontrôlable et c’est aussi ce qui fait son charme.

Comme pour « Movie Star » les références aux monde du cinéma (acteurs, actrices, metteur en scène, films tous genres confondus…) sont là. Je trouve que cela donne envie de découvrir ou redécouvrir bien des longs métrages ou séries. Il n’est donc pas garanti qu’après avoir terminé ce bouquin, vous ne vous jetiez pas sur votre téléviseur ou votre ordinateur pour écumer vos librairies de films ou séries. Je vous aurais prévenu…



Et s’il fallait mettre une note : 13 / 20


0 commentaires:

Rendez-vous sur Hellocoton !