jeudi 3 octobre 2013

La nostalgie heureuse d'Amélie Nothomb



Rentrée littéraire 2013




Le livre : 

La nostalgie heureuse d'Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel, 162 pages, 16€50. 


Pourquoi cette lecture :

Depuis des années, la rentrée littéraire débute toujours par la lecture de l'ouvrage signé par Amélie Nothomb. 
C'est hélas de moins en moins vrai dans les faits car  depuis deux ans, je commence à recevoir dés le mois de juin des épreuves des futurs titres qui envahiront, de manière tout à fait pacifique, les rayonnages et les tables de présentation des librairies. 
Cependant, même si ce n'est plus avec cet auteur que je me lance dans la découverte des crus de cette année, je n'en prends pas moins de plaisir à le dévorer dés que cela m'est possible. 


Le pitch :

Amélie Nothomb revient au Japon après 16 ans sans y avoir posé un orteil. Le prétexte à ce retour est un tournage de documentaire sur elle-même et ses racines japonaises durant sa petite enfance. 


Ce que j'en ai pensé : 

Le Japon est un pays qui me fascine car il est multiple. Il possède aussi un pied dans le passé et la tradition, mais également un pied dans le présent, voir le futur ainsi que la modernité. Amélie Nothomb y a vécu ses premières années, puis y est retournée une fois à l'âge adulte. Mais depuis 16ans, elle n'y a plus remis les pieds. C'est assez fou quand on sait son attachement pour ce pays. 

Elle nous a déjà offert des livres plus ou moins autobiographiques sur des thèmes variés, mais en rapport avec son passé japonais : "Stupeur  et tremblement" (le monde du travail et de l'entreprise), "La métaphysique des tubes" (son enfance, la nourriture et ces notions de vases communiquants ou non), "Ni d'Eve, ni d'Adam" (sa relation avec Rinri, son fiancé japonnais).

Elle revient de nouveau au pays du soleil levant pour des raisons professionnelles et cela ouvre bien des portes sur le plan personnel. J'aime quand elle nous décrit son Japon, son vécu, ses expériences là-bas. On n'est jamais déçu par sa vision au prisme si particulier. 

Sans doute, est cela qui donne alors des intrigues qui possèdent ce côté authentique  qui font que le lecteur ne pas alors lâche pas  le livre. On sent le vécu, l'expérience unique. 
Et puis le reportage qu'Amelie évoque, je l'ai vu lors de sa diffusion sur France 5. Il était très intéressant et même émouvant. Avec ce livre, j'ai l'impression d'avoir accès aux coulisses du tournage. Et ce n'est pas peu dire car il y a des moments que même la caméra ne peut pas saisir. Il y a aussi des rencontres que l'on ne nous montrera pas en images, mais qu'Amelie veut bien nous faire partager avec sa prose inimitable.  

J'ai parfois souri car c'est fou comme l'un de mes auteurs favoris peut se dénigrer dans cet opus. Comment est-ce donc possible ? Tous ses succès ne l'ont pas rassuré ? Il faut croire que non. 
Elle est nature et impayable. Elle se retrouve dans des situations peu confortable et pourtant... Je ne peux que l'apprécier davantage. Elle doute autant que je peux le faire de moi-même avec une grande dose d'auto-dérision. 
Elle est déjantée, mais sa vie peu ordinaire depuis sa naissance fait qu'elle ne pouvait pas être dans la norme. Rien n'est plus logique.  

Ce récit est un délice pour qui apprécie Amélie Nothomb. Pour les autres, c'est une occasion de la découvrir. 


Et s'il fallait mettre une note : 16 / 20

2 commentaires:

zazy a dit…

Pas du tout mon cas.Un seul livre d'elle m'a suffit

Emeralda a dit…

Ce n'est pas grave, il faut de tout en littérature.

Rendez-vous sur Hellocoton !