vendredi 8 juillet 2011

Imhotep de Christian Jacq


Quand on aime les romans historiques et la période pharaonique, il est presque impossible de faire l'impasse sur les ouvrages de Christian Jacq. C'est un passage obligé, même si par la suite, on va voir un peu ailleurs ce qui se passe.
J'avais été un peu déçue, il y a quelques années (5 ans, je crois), par les derniers livres que j'avais lu de lui. Je pense surtout que j'étais arrivée à saturation, qu'il me fallait lire autre chose. Ma pause fut certainement plus longue que prévu, mais qu'importe, c'est avec un grand plaisir que je me suis cette fois plongée dans la lecture d'Imothep.

Christian Jacq est un écrivain français, mais aussi un archéologue et un égyptologue comme en témoigne sa carrière universitaire. Ses domaines de prédilection pour ses ouvrages sont l'Egypte antique, mais il ne dédaigne pas écrire des romans policiers plus contemporains sous divers pseudonymes. Le plus connu pour ma part est J. B Livingstone que j'ai dévoré aussi.



Pour en revenir à "Imothep, l'inventeur de l'éternité - Le secret de la pyramide", ce que l'on peut lire en quatrième de couverture m'avait mis l'eau à la bouche si j'ose dire :

Pharaon est mort, l'Égypte vacille.
Le farouche prince Djéser, décidé à fonder une nouvelle dynastie, sera-t-il élu par le Grand Conseil, les dieux le désigneront-ils ? En cette période troublée qu'une force maléfique, l'Ombre rouge, compte exploiter pour établir le règne des ténèbres, un jeune artisan, Imhotep, découvre qu'il possède d'étranges pouvoirs. Comment pourrait-il imaginer son incroyable destin, lui, le foreur de vases appelé à devenir l'inventeur de l'éternité ? De sa rencontre avec Djéser dépendra l'avenir d'une civilisation qui sera bâtie par l'intermédiaire de la première pyramide en pierres, gigantesque escalier unissant la terre au ciel.
Embûches, sabotages et maléfices se multiplieront pour empêcher le pharaon et Imhotep de réaliser leur Grand Oeuvre.



Et voici ce que j'en ai pensé après l'avoir lu intégralement :

Ma lecture a été aisée, aucune accroche, tout était parfaitement limpide, clair. L'écriture de l'auteur est comme toujours d'une fluidité étonnante. Dès les premières lignes, je savais que je lisais bien un ouvrage signé Christian Jacq. Sa griffe n'a pas changé, mais cette fois, c'était plaisant de la retrouver. Je n'avais plus cette lassitude.

Le découpage en chapitres courts est lui aussi agréable. On peut fractionner à loisir sa découverte de l'intrigue et pour celles et ceux qui lisent dans les transports en commun, c'est aussi agréable que pratique. De plus, cela maintient un certain rythme dans l'histoire puisque l'on passe rapidement d'un groupe de protagonistes à un autre.

On retrouve aussi le côté très manichéen des choses, des personnes : les bons d'un côté et les méchants de l'autre. C'est assez révélateur de la vision des Egyptiens de cette période là car ils suivaient la loi de Maât qui s'opposait à celle des démons, des forces du mal. Je conçois en revanche que cela puisse un peu agacer certains lecteurs qui jugent cela un peu trop enfantin.

Dans ce titre, on trouvera énormément de renvois, de notes en bas de chaque page. Christian Jacq n'a pas ménagé ses efforts pour bien tout expliquer, aux lecteurs des temps modernes et néophytes, d'où venait ses sources, les manières de penser à l'époque et les traditions d'alors.
Ce titre est certes romancé, mais l'auteur a souhaité tout de même faire un récit crédible, plausible.

Les habitués de la plume de l'écrivain ne seront pas déroutés. Tout l'ouvrage respire, transpire même la griffe de Christian Jacq. On y retrouve tout ce qui a fait son succès, mais aussi tout ce que ses détracteurs lui reprochent. A vous de voir dans quel clan vous vous cataloguez.
Pour ma part, je regrette juste que Christian Jacq réutilise une ficelle déjà vue dans ses anciens romans pour cacher l'identité de la mystérieuse et néfaste Ombre Rouge… Un brin d'originalité aurait finit de me combler tout à fait.
Ma note finale : 14 / 20

3 commentaires:

Feanor a dit…

Curieusement, je n’ai jamais lu un seul livre de Christian Jacq et pourtant, ce n’est pas comme si je ne le connaissais pas où que je ne m’intéressais pas a l’Egypte. Sinon, quels sont, éventuellement, les ouvrages de lui que tu pourrais me conseiller, ceux qui valent vraiment le coup ?

Emeralda a dit…

Alors je te conseillerai :

- Le moine et le vénérable (qui ne parle pas du tout d'Egypte, mais qui est très bien)

- Ramsès (La saga comporte 5 tomes)

Pour débuter, mais découvre aussi ceux qu'il a signé sous le nom de Livingstone :


- Les disparus du Loch Ness

Feanor a dit…

J'ai bien pris note.
Merci ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !