lundi 27 avril 2015

Marie des Mimosas de Jean-claude Lesellier



Le livre : 

Marie des Mimosas de Jean-Claude Lesellier aux éditions Beaudelaire, 105 pages, 13 € 50.



Pourquoi cette lecture : 

Par curiosité et grâce à un partenariat avec les éditions Beaudelaire



Le pitch : 

Quels morceaux du puzzle d'une vie retient-on quand elle s'achève ? Quelles pièces manquantes voudrait-on retrouver ? Marie, dont la mémoire est vagabonde, tente d'y répondre. Parisienne un peu, provinciale surtout, son existence s'enracine dans sa Normandie natale avec ses habitudes, ses paysages, ses traditions. Elle se trouve confrontée aux tragédies et bouleversements du XXe siècle qui trouvent un écho dans son histoire personnelle. Au gré des événements, elle alterne les joies et les peines, les sourires et les larmes mais, finalement, ne regrette rien de ce qu'elle a vécu.



Ce que j'en pense : 

Un doux roman sans prétention, mais qui vous transporte dans la vie de Marie. On revit les périodes et les épisodes marquants de son existence avec simplicité. L'écriture est belle, paraît presque simpliste, mais justement c'est dans cette recherche d'un certain dénuement que les mots ordinaires expriment pleinement leur réalité. Je me suis laissée porter et transporter dans son univers, sa vie passée et actuelle. Marie est une femme que l'on imagine volontiers comme étant une grand-mère universelle. Elle m'a plu immédiatement. 

Bien documenté sur les conditions de vie de ces époques perdues (les poilus, les tranchées, les mutineries, grèves, traditions religieuses, fêtes, etc), on est à l'aise dans chacune période historique évoquée. Même si ce n'est pas le cœur du sujet, rien à redire vraiment. 
Pas de grandes surprises dans ce récit, cependant on ne décroche jamais. On est tenu en haleine par la véracité de ce l'on peut lire. Tout fleure bon l'histoire de famille ordinaire, crédible et même authentique. 

Excellente lecture, j'espérais que ce serait un bon roman et ce fut au-delà de mes espérances. Court certes, mais pourquoi faire long alors que l'histoire de Marie est juste belle en peu de mots, parce que la beauté n'attend pas la longueur, ni l'ultra sophistication... L'authenticité suffit.



Et s'il fallait mettre une note : 17 / 20




2 commentaires:

Bookseverywhere a dit…

Un livre qui me fait à présent très envie ! Merci pour cette chronique.

Emeralda a dit…

Mais de rien, c'est un plaisir.

Rendez-vous sur Hellocoton !